Poster électronique

Lu.14 - Tableau de monoarthrite de cheville révélant un lymphome non Hodgkinien B de haut grade à localisation synoviale : à propos d'un cas avec étude échographique
M Yahia (1); A Letierce Vanlerberghe (1); F Kemiche (1); I Cerf-Payrastre (1); E Pertuiset (1); - (1) Pontoise - France;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 55 fois.
Résumé
Introduction

Les localisations synoviales des lymphomes malins sont très rares (1). Nous rapportons un cas de localisation synoviale d’un lymphome malin non Hodgkinien (LNH) de phénotype B et de haut grade, révélant l’hémopathie et ayant fait évoquer cliniquement une arthrite goutteuse.

Observation

Un homme âgé de 62 ans est hospitalisé en urgence pour suspicion d’arthrite goutteuse. Il présente depuis 6 mois des arthralgies inflammatoires d'aggravation progressive de la cheville droite associées à un amaigrissement de 16kg. L’examen physique met en évidence un gonflement douloureux et chaud de la cheville droite, une adénopathie cervicale droite. Les examens biologiques montrent un syndrome inflammatoire modéré (VS 34 mm/1°h, CRP 24 mg/l) sans hyperleucocytose, une hyperuricémie (516 µmol/l), une augmentation des LDH (1780 U/l) et de la β2 microglobuline (5,14 mg/l).
L'échographie de la cheville droite montre une volumineuse masse synoviale très hétérogène associant des zones hypo-, iso- et hyperéchogènes, sans épanchement liquidien (Fig. 1). Il existe une atteinte destructrice de la corticale osseuse qui est effacée par endroits, avec à la face antérieure du tibia un véritable soulèvement de la corticale osseuse par la masse synoviale (Fig. 2). Cette masse synoviale n’est pas vascularisée au Doppler. Les radiographies montrent une ostéolyse de l’extrémité antéro-inférieure du tibia soulevant la corticale, une déminéralisation de la partie basse du talus et haute du calcanéem, une opacité des parties molles (Fig. 3). Le scanner montre la lésion lytique et soufflante de l’extrémité inférieure du tibia, du talus et du calcanéum (Fig. 4, 5). Ces lésions lytiques sont sous-chondrales avec d'importantes ruptures de la corticale en regard de la masse synoviale qui atteint les articulations tibiotalienne et sous-talienne.
Le scanner TAP montre une volumineuse adénopathie sous-carénaire et une splénomégalie homogène. Le TEP-scan (ne comprenant pas les chevilles) montre des foyers hypermétaboliques sus diaphragmatiques : adénopathies sus-claviculaire droite et médiastinales (Fig. 6), nasopharynx. La biopsie ganglionnaire cervicale met en évidence un LNH à grandes cellules, de phénotype CD20+/CD10-/Bcl2+. La biopsie percutanée de cheville droite montre que la masse synoviale est en rapport avec une prolifération tumorale lymphoïde identique à celle du ganglion. La biopsie ostéomédullaire est normale. Le traitement (rituximab-CHOP) entraîne une rémission complète du LNH.

Discussion

Chez notre patient, la localisation synoviale du LNH est démontrée par la biopsie et par l’aspect au scanner et en échographie où les lésions ostéolytiques sont liées à un envahissement osseux à partir de la synoviale tumorale (lésions lytiques situées en regard des zones d’insertion synoviale, aspect de l’atteinte des corticales).

Conclusion

Notre observation constitue un nouveau cas de synovite lymphomateuse destructrice et révélatrice, et elle en précise les caractéristiques échograhiques.

remonter
48
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM