Poster électronique

Lu.62 - Évaluation de la concordance entre l'échographie et la radiographie standard du genou dans la gonarthrose
S Slimani (1); A Haddouche (2); I Bencharif (3); A Ladjouze-Rezig (4); - (1) Batna - Algerie; (2) Blida - Algerie; (3) Constantine - Algerie; (4) Alger - Algerie;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 36 fois.
Résumé
Introduction

L'ostéophyte est un signe important car quasi pathognomonique dans la gonarthrose. Il rentre dans les critères diagnostiques de l'ACR et dans les critères de sévérité radiographique de Kellgren et Lawrence (K-L). L'échographie ostéoarticulaire a connu un essor important ces dernières années du fait de son faible coût, de son caractère non-irradiant et de son prolongement de l'examen physique. L'objectif principal de l'étude était d'évaluer la concordance entre l'échographie et la radiographie standard dans la détection des ostéophytes.

Patients et Méthodes

Etude prospective bicentrique chez des patients consultant pour gonarthrose, satisfaisant aux critères de l'ACR 1990 de la gonarthrose. Une radiographie standard des 2 genoux (face) et une échographie des 2 genoux a été réalisée par 2 opérateurs (S.S : SHIMADZU SDU 1200, 10-5 MHz ; A.H : Aloka SD3500, 13-5) ). L'échographie des genoux était réalisée par le rhumatologue traitant et les radiographies étaient réalisées dans la semaine et interprétées par un rhumatologue indépendant n'exerçant pas dans le même centre. Les échographistes n'avaient pas accès aux radiographies standard récentes afin de ne pas influencer l'interprétation de l'échographie. Les sites de recherche d'ostéophytes étaient le compartiment fémoro-tibial médial et le compartiment fémoro-tibial latéral, tant sur la lecture radiographique qu'échographique. La concordance entre la radiographie et l'échographie était étudiée par le coefficient de concordance Kappa.

Résultats

Vingt-deux genoux de 11 patients ont été examinés, dont 8 femmes, avec une moyenne d'âge 66,5 ± 12,2 ans, satisfaisant tous aux critères diagnostiques de l'ACR de la gonarthrose. Sur le plan radiographique, 8 genoux (près d'un tiers) avaient des ostéophytes aux compartiments fémoro-tibiaux, alors que l'échographie avait objectivé des ostéophytes dans 19 genoux (soit environ 9 genoux sur 10). Le nombre moyen d'ostéophytes par genou ostéophytique était de 1,8 sur 4 sites pour la radiographie et de 2,6 sur 4 sites pour l'échographie. Le taux de concordance Kappa entre la radiographie et l'échographie était de 0,166 (IC 95% : 0,068-0,264). L'échographie avait donc détecté beaucoup plus de genoux ostéophytiques avec un plus grand nombre de sites par genou, ceci est probablement dû à la résolution des appareils actuels qui permet de mettre en évidence des ostéophytes de petite taille (jusqu'à 1 mm). Le site dans lequel l'on a objectivé le plus d'ostéophytes à l'échographie était la région fémorale médiale (13 genoux sur 22) et latérale (13 genoux), il y avait moins d'ostéophytes détectés sur l'os tibial (9 genoux en latéral et 8 genoux en médial sur les 22 genoux). Aussi, les ostéophytes fémoraux étaient plus gros (9/13 ostéophytes en médial et 8/13 ostéophytes en latéral) que les ostéophytes tibiaux (4/8 en médial et 4/9 en latéral).

Conclusion

La concordance entre l'échographie et la radiographie dans la détection des ostéophytes dans la gonarthrose était faible, ceci étant principalement dû à une plus faible sensibilité de détection des radiographies, indiquant une nette supériorité de l'échographie ostéo-articulaire à haute résolution. Reste à définir sa place dans la procédure diagnostique des genoux douloureux, particulièrement quand les signes radiographiques sont absents ou douteux. Pour cela, une étude dont l'objectif principal sera d'étudier la sensibilité et la spécificité de l'échographie dans les gonarthroses débutantes est nécessaire.

remonter
55
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM