Poster électronique

Lu.117 - Grossesse lupique : à propos de 17 cas
H Boufettal (1); K Nassar (1); K Nassar (1); S Janani (1); W Rachidi (1); N Etaouil (1); O M'kinsi (1); N Samouh (1); - (1) Casablanca - Maroc;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 43 fois.
Résumé
Introduction

Le lupus érythémateux disséminé (LED) est une maladie systémique, évoluant par poussées. Il est de cause inconnue, s’associant à la présence d’auto anticorps dirigés contre les constituants du noyau cellulaire. L’influence des hormones au cours du lupus est établie.Son association à une grossesse est rare, avec haut risque maternel et fœtal. L’objectif de notre travail est de mettre en relief les effets de la grossesse sur le lupus et de celui-ci sur la grossesse, les éléments et le rythme de surveillance, dans le but est de contrôler la planification de la grossesse chez les femmes lupiques ainsi que d'améliorer leur pronostic et éviter les complications, à travers 17 cas.

Patients et Méthodes

Il s'agit d'une étude rétrospective de dossiers des patientes suivies ou hospitalisées au service de Gynécologie Obstétrique « C » et de Rhumatologie du Centre Hospitalier Universitaire Ibn Rochd de Casablanca, pour LED associé à une grossesse sur une période de dix ans, de 2002 à 2011. Ces patientes étaient connues suivies pour lupus érythémateux disséminé. Pour cette étude nous avons établi une fiche d’exploitation, précisant les caractéristiques cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutives de nos parturientes. Dix-sept observations étaient exploitées.

Résultats

L’âge moyen de nos parturientes était de 28 ans. 5 patientes (29,4%) faisaient des fausses couches à répétition. 7cas (41,17%) avaient une atteinte rénale. Le syndrome des anticorps antiphospholipides était associé au lupus dans deux cas (11,76%). La durée de la maladie de toutes nos patientes dépassait 3 ans. 3 cas ont nécessité une interruption médicale de la grossesse. 5 patientes (29,4%) faisaient une hypertention artérielle. 47% avaient des anticorps anti-DNA positifs, 35,29% avaient des anticorps anti-nucléaires positifs. 10 patientes (58,82%) étaient sous corticothérapie, avec traitement adjuvant et aspirine à dose antiagrégante chez 8 cas (47%). 5 patientes (29,4%) étaient sous anti-hypertensseur. Deux patientes avaient un syndrome des anticorps antiphospholipides étaient mises sous aspirine et héparine en association en pré conceptionnel. 2 patientes étaient sous hydroxychloroquine. 41,17% des paturientes faisaient des poussées évolutives. Un cas de mort fœtale in utero était survenue à 28 SA. Trois cas (17,6%) d’accouchement prématuré et 10 (58,8%) grossesses étaient menés à terme. 23,5% de nouveaux nés avec retard de croissance in utero ont été recensés. Deux parturientes subissaient une ligature section des trompes, et 15 (88,23%) étaient mises sous micro progestatifs en post partum.

Conclusion

Nos résultats rejoignent ceux de la littérature. La grossesse peut modifier l’activité du lupus, par plusieurs facteurs.La nécessité de respecter les contre-indications absolues de la grossesse au cours du lupus, de sa programmation après une rémission complète de minimum six mois et d’une surveillance stricte multidisciplinaire sont indispensables. Le pronostic peut être amélioré par un diagnostic précoce et un traitement adéquat. Enfin, une meilleure connaissance des facteurs aggravants et des traitements ont conduit à autoriser plus largement la grossesse.

remonter
51
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM