Poster électronique

Me.33 - L’utilisation de la médecine alternative au cours de la spondylarthrite ankylosante
G Sqalli Houssaini (1); L Tahiri (1); R Boussaadani Soubai (1); N Kadi (1); FE Abourazzak (1); T Harzy (1); - (1) Fès - Maroc;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 30 fois.
Résumé
Introduction

Les patients atteints de spondylarthrite ankylosante (SPA) ont de plus en plus recours à la médecine alternative. L’objectif de cette étude est d’estimer la prévalence de l’utilisation de la médecine alternative (MA) chez ces malades, déterminer ses facteurs associés et étudier les raisons de cette utilisation.

Patients et Méthodes

L’étude a intéressé 50 patients atteints de SPA répondant aux critères de New York modifiés colligés au service de Rhumatologie du CHU Hassan II de Fès durant une période de 03 mois allant du 1er Juin 2012 au 31 Août 2012. On a recueillit les données démographiques, cliniques et biologiques des patients, ainsi que le score radiologique BASRI et les données sur l’utilisation de la MA. L’activité de la maladie a été évaluée par le BASDAI et l’ASDAS, le retentissement fonctionnel par le BASFI, l’appréciation globale de la maladie par le patient par le BASG et la qualité de vie par l’ASQOL. Les données ont été saisies sur Excel et analysées à l’aide du logiciel SPSS version 17.

Résultats

Soixante douze pour cent des malades ont rapporté l’utilisation de la MA. L’âge moyen est de 40 ±13 ans. Soixante trois pour cent des utilisateurs sont de sexe masculin avec une moyenne de l’évolution de la maladie de 11 ans. 68% des patients sont des utilisateurs actuels d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, alors que seulement 22 % sont sous anti-TNF alpha. Une ingestion de mélange de plantes est utilisée dans 76% des cas, les produits en massage ou en application locale sont utilisés dans 68 % des cas, le recours aux cures thermales est retrouvé chez 56% de nos malades, l’acupuncture et les bains de sables chez 40% et la saignée est pratiquée dans 32% des cas. Le but de cette utilisation est de guérir la maladie dans 40% des cas, et de soulager les symptômes dans 25% des cas. 48% des utilisateurs estiment que l’efficacité de la MA est supérieure à 5 sur une échelle visuelle analogique de 1 à 10. 72% des utilisateurs n'ont pas informé leurs rhumatologues de cette utilisation vue que cette question n’est souvent pas abordée en consultation. En analyse bi-variée, seul un niveau d’instruction élevé est associé à l’utilisation de la MA (p = 0,03). En revanche l’association d’autres facteurs comme l’âge, le sexe, la profession, le lieu d’habitat, la durée, la sévérité et le retentissement fonctionnel de la maladie et l’altération de la qualité de vie ne sont pas retenus comme facteurs prédictifs d’utilisation.

Conclusion

Notre étude indique que les patients atteints de SPA ont recours à différents types de médecine alternative et que le niveau d’instruction élevé était un facteur prédictif d’utilisation de cette dernière.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM