Poster électronique

Ma.134 - Prévalence du syndrome métabolique au cours de la spondylarthrite axiale dans la population de Fès au Maroc
S Mansouri (1); FE Abourazzak (1); A Najdi (1); L Tahiri (1); C Nejjari (1); T Harzy (1); - (1) Fès - Maroc;
25eme Congrès
Poster
3
1 votes.
Vu 30 fois.
Résumé
Introduction

La spondylarthrite axiale (SA) est un rhumatisme inflammatoire chronique qui s’accompagne d’une augmentation du risque d’événements cardiovasculaires. La présence du syndrome métabolique (SM) au cours de la SA semble aussi augmenter ce risque. L’objectif de notre travail est de déterminer la prévalence du SM dans la SA, et d’identifier les facteurs qui s’associent à sa présence.

Patients et Méthodes

Soixante deux patients atteints de SA remplissant les critères ASAS pour le diagnostic de spondylarthrite ont été étudiés transversalement sur une période de 1 an (Septembre 2011- Septembre 2012). Les données relatives aux patients et à leur maladie ont été recueillies (paramètres sociodémographiques, la durée d’évolution de la maladie, son activité, sa sévérité, la qualité de vie évaluée par l’ASQoL, le bilan inflammatoire, et l’uricémie). La prévalence du SM a été évaluée chez ces patients en utilisant 3 définitions : National Cholesterol Education Program/Adult Treatment Panel III 2005 (NCEP/ATP III 2005), International Diabetes Federation 2005, and American Association of Clinical Endocrinologists 2003. La saisie des données et leur traitement ont été faits à l’aide du logiciel SPSS v18. Une analyse bi-variée a été utilisée pour identifier les facteurs associés au SM.

Résultats

La prévalence du SM au cours de la SA était de 13 à 26% selon la définition utilisée. Sa présence était associée de façon significative à la sévérité de la maladie (p = 0,02) et à l’hyperuricémie (p = 0,03). Les tendances observées étaient que le SM serait lié à un âge avancé, au sexe, à une longue durée d’évolution de la SA, à une CRP élevée, à une activité plus importante de la maladie (BASDAI, ASDAS (VS), et ASDAS (CRP) ), à une qualité de vie médiocre (ASQoL), et à la prise de corticoïdes à des doses élevées. Par contre aucune relation n’a été retrouvée avec la consommation de tabac et la VS. Pour les autres traitements symptomatiques et traitements de fond, il n’existe pas d’association entre la présence du SM et la prise de ces traitements.

Conclusion

Notre étude suggère que le SM est fréquent au cours de la SA. La sévérité de la maladie et l’hyperuricémie sont associées de façon significative à un risque plus accru du SM. Ces résultats sont préliminaires. L’étude se poursuit toujours, et le nombre de sujets nécessaire n’est pas encore atteint.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM