Poster électronique

Ma.141 - Une étude prospective de femmes enceintes atteints de polyarthrite rhumatoïde et spondylarthrite ankylosante : le DAS28 et l’ASDAS seront-ils des outils adéquats pour évaluer l’activité de la maladie ?
J Madruga Dias (1); MM Costa (1); L Pinto (1); JA Pereira Da Silva (1); L Graça (1); - (1) Lisbonne - Portugal;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 34 fois.
Résumé
Objectif

L'effet immunomodulateur de la grossesse sur les arthropathies inflammatoires est reconnu depuis longtemps : elle induit la rémission de la polyarthrite rhumatoïde et elle ne produit aucun effet sur la spondylarthrite ankylosante. Pas tous les instruments cliniques disponibles pour évaluer l'activité inflammatoire de ces maladies sont applicables pendant la grossesse.
Nous voulons étudier l'activité inflammatoire de la polyarthrite rhumatoïde et de la spondylarthrite ankylosante pendant la grossesse et après l'accouchement, en corrélation avec le DAS28 et l’ASDAS.

Matériels et Méthodes

Nous avons évalué prospectivement 42 femmes, âge moyen 31,5 ± 4,7 années, avec un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde (18), arthrite idiopathique juvénile (3), spondylarthrite ankylosante (17) et arthrite psoriasique (4). Les évaluations ont été faites avant la conception, une fois par trimestre pendant la grossesse et un mois après l’accouchement. Elles comprenaient : numéro d’articulations douloureuses, numéro d’articulations gonflées, lumbago nocturne, lumbago pendant tout la journée, la raideur matinale, l'enthésite, la dactylite, l’échelle visuelle analogique (EVA) -douleur, l’EVA-globale, l'uvéite, la psoriasis (PASI – index de surface et de sévérité du psoriasis), l’absence du travail, la vitesse de sédimentation et la protéine C-réactive.

Résultats

Il n’y a aucune différence statistiquement significative en fonction de l'âge ou de la durée moyenne de la maladie entre le groupe polyarthrite rhumatoïde + arthrite idiopathique juvénile (PR/AIJ) et le groupe spondylarthrite ankylosante + arthrite psoriasique (SA/AP). Toutefois, la durée moyenne de la maladie est plus faible dans la SA/AP (5,3±4,4 années) par rapport à la PR/AIJ (8,7±6,9 années). La SA est survenue sur deux patientes pendant le 1er trimestre de la grossesse. Cinq patientes ont abandonné le traitement anti-TNFα (3 dans le groupe PR/AIJ et 2 dans le groupe SA/AP) avant la conception et une (AP) à la 6ème semaine de gestation.
Avant la conception, la maladie était active en 7 des 21 patientes atteintes de PR/AIJ et en 2 des 21 avec SA/AP, avec une différence statistiquement significative (p = 0,037).
Pendant la grossesse, il y a eu une réduction de l'activité de la PR/AIJ depuis la première évaluation jusqu’au 3ème trimestre (p = 0,014) et une exacerbation de l'activité de la SA/AP jusqu'au 3ème trimestre (p = 0,005) et même après l’accouchement (p = 0,025). Sept femmes avec SA ont suspendu l’activité professionnelle en raison de la maladie rhumatologique, et une seule avec PR au cours du dernier trimestre (en raison de la cholestase de la grossesse). L’évolution de ces maladies diffère au 2ème et au 3ème trimestres, avec une activité plus élevée dans le groupe SA/AP (p<0,03), mais pas au post-partum (p = 0,31).
Il n'y a pas de différences statistiquement significatives aux paramètres inflammatoires (vitesse de sédimentation et protéine C-réactive) entre les deux groupes tout au long de la grossesse. Le DAS28-CRP/-ESR (4v) n'était pas corrélé avec l'activité de la PR/AIJ. L’ASDAS s’est corrélé avec l’activité de la maladie dans le groupe SA/AP (p = 0,036).

Conclusion

L’activité de la maladie pendant la grossesse augmente chez la SA/AP. Inversement, l’activité de la PR/AIJ se réduit progressivement tout au long de la grossesse. L’ASDAS est liée avec l'activité de la SA pendant la grossesse, même si cela ne se produit pas avec le DAS28 et la PR.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM