Poster électronique

Ma.44 - Traitement avec succès de l’arthrite juvénile idiopathique par rituximab : à propos de 2 cas
K Berrada (1); FE Abourazzak (1); L Tahiri (1); T Harzy (1); - (1) Fès - Maroc;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 31 fois.
Résumé
Introduction

L’arthrite juvénile idiopathique (AJI) se définit par l’ensemble des atteintes inflammatoires articulaires sans cause reconnue, débutant avant l’âge de 16 ans, de durée supérieure à 6 semaines. L’utilisation de Rituximab hors AMM dans le traitement des AJI en particulier dans les formes polyarticulaires sévères a été rapportée dans la littérature. Nous en rapportons deux nouveaux cas.

Observation

Observation 1 : Melle Z.A âgée de 16 ans, sans antécédents pathologiques notables, présente depuis l’âge de 11 ans une arthrite juvénile idiopathique dans sa forme polyarticulaire avec facteur rhumatoïde (FR) positif, l’examen clinique trouve un retard de croissance staturo-pondéral, une poussée poly-synovitique avec déformations et limitation articulaire importante de l’ensemble des articulations engendrant un handicap fonctionnel majeur (EVA globale à 90%, CHAQ = 2,5). Le bilan biologique trouve un syndrome inflammatoire, FR = 161UI/ml. Les radiographies standards montrent d’importantes destructions articulaires au niveau des mains, pieds, poignets, épaules, hanches, genoux et chevilles avec une déminéralisation diffuse et des fractures vertébrales étagées. Le DAS28VS = 6,41 témoignant d’une forte activité de la maladie. La patiente a été traitée initialement par méthotrexate et corticothérapie sans amélioration, d’où l’association du Rituximab à la dose de 375 mg/m2 de surface corporelle hebdomadaire pendant un mois. Une amélioration clinique a été notée avec un recul de 8 mois (DAS28-VS = 3.87).
Observation 2 : Melle L.R âgée de 18 ans, sans antécédents pathologiques notables, présente depuis l’âge de 10 ans une arthrite juvénile idiopathique dans sa forme polyarticulaire avec facteur rhumatoïde positif, l’examen clinique actuel trouve une déformation en boutonnière du 4 ème doigt gauche, une limitation des mouvements de flexion / extension du poignet gauche avec un flessum irréductible du coude droit (60°) et une limitation de la flexion des deux genoux, EVA globale à 70%, CHAQ = 1. Le bilan biologique montre un syndrome inflammatoire modéré, FR = 172UI/ml. Les radiographies standards montrent des destructions articulaires (mains, pieds, poignets, coude droit et genoux) avec luxation atloïdo-axoïdienne. Le DAS28-VS = 3,85 témoignant d’une activité modérée de la maladie. La patiente a été mise initialement sous Méthotrexate arrêté pour intolérance digestive et corticothérapie pendant six ans sans amélioration. Devant l’activité et la sévérité de la maladie, un traitement par Rituximab a été indiqué à la dose de 2g en deux perfusions à 15 jours d’intervalle avec bonne évolution clinique et une rémission maintenue pendant 7 mois (DAS 28 VS = 2.5).

Conclusion

L’utilisation du Rituximab dans le traitement des AJI en particulier dans les formes polyarticulaires séropositives sévères et rebelles au traitement conventionnel pourrait constituer une bonne alternative thérapeutique. Des essais thérapeutiques plus larges devraient être menés dans ce sens afin de prouver l’efficacité de cette biothérapie.

remonter
53
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM