Poster électronique

Ma.153 - La synovite et l’hyperhémie Doppler sont associées à la douleur dans l’arthrose digitale
YM Pers (1); C Duflos (1); P Viala (1); M Maruseac (1); S Fabre (1); P Le Blay (1); R Ferreira (1); G Mercier (1); C Cyteval (1); C Jorgensen (1); - (1) Montpellier - France;
25eme Congrès
Poster
2
1 votes.
Vu 80 fois.
Résumé
Introduction

Des données récentes suggèrent que l’hyperhémie Doppler et la synovite échographiques seraient associées à la douleur à la palpation au cours de l’arthrose digitale. Nous avons souhaité évaluer le lien entre douleur-gonflement articulaire et échographie (US).

Patients et Méthodes

Nous avons mis en place une cohorte de patients atteints d’arthrose digitale précoce dont les symptômes ont débuté avant 50 ans. Un suivi semestriel est programmé. A l’inclusion, tous les patients ont bénéficié d’un bilan clinique et biologique. Un cliché radiographique des mains de face ainsi qu’une échographie des 2 mains ont été réalisé.
Le même jour, l’examen échographique a été réalisé en aveugle de l’examen clinique et par un opérateur indépendant. Nous avons effectué une double lecture des radiographies. Nous avons analysé 10 articulations par main soit une vingtaine par patient (4 interphalangiennes distales, 5 interphalangiennes proximales et la trapezométacarpienne), soit 340 articulations, à la fois en échographie et en radiographie.
L’analyse statistique a utilisé le test Chi-deux pour calculer le risque relatif (RR) entre douleur/synovite/hyperhémie Doppler/érosion radiographique et entre gonflement articulaire/synovite US. Le test de Wilcoxon Mann Whitney a été utilisé pour les données indépendantes entre douleur globale et la forme érosive d’arthrose digitale.

Résultats

17 patientes ont été inclues dans notre cohorte. L’âge moyen était de 62,3 ans avec pour la plupart une autre localisation arthrosique symptomatique (genou 75%, hanche 31% et rachis 81%). Seule une patiente n’était pas ménopausée et 81% avaient des antécédents familiaux d’arthrose. L’âge moyen de début des douleurs digitales était de 45 ans. Elles avaient un IMC moyen de 24,6 kg/m2, un score moyen de douleur (EVA) de 38,9 mm au repos et 56,1 mm en activité. L’indice de DREISER était en moyenne de 11,68 et l’échelle AUSCAN fonction était de 24,7. Trois patientes (17,6%) n’avaient pas d’érosions radiographiques.
Nous n’avons pas retenu d’association entre la douleur globale au repos des patientes et le fait que l’arthrose soit érosive à la radiographie ou qu’il y ait une synovite US. En revanche, nous avons retrouvé un lien entre douleur articulaire et synovite US (RR 1,73 ; p<0,001) et, entre douleur articulaire et hyperhémie Doppler (RR 1,36 ; p = 0,04). Nous n’avons pas noté d’association entre douleur articulaire et érosion US (RR 1,14 ; p = 0,45). L’incidence d’un gonflement articulaire clinique chez les patients avec synovite US était de 21% contre 4% chez les patients n’ayant pas de synovite US ; soit un RR de 4,72 (p<0,001).

Conclusion

Nos résultats suggèrent que les signes d’inflammation articulaire visibles à l’échographie (synovite et Doppler) sont associés à la douleur. En revanche, on ne retrouve pas d’association entre la présence d’érosions (radiographiques ou US) et la douleur.

remonter
62
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM