Poster électronique

Lu.13 - Rentabilité diagnostique du myélogramme : évaluation des pratiques professionnelles en rhumatologie
A Loctin (1); F Bailly (1); D Laroche (1); JF Maillefert (1); C Tavernier (1); P Ornetti (1); - (1) Dijon - France;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 40 fois.
Résumé
Introduction

L’examen de la moelle hématopoïétique est primordial dans le diagnostic de nombreuses affections, principalement hématologiques. La réalisation d’un myélogramme peut parfois être discuté en milieu rhumatologique, compte tenu du retentissement osseux de certaines hémopathies malignes ou de la découverte d’anomalie à l’électrophorèse dans le cadre d’un rhumatisme inflammatoire. L’objectif de notre travail était d’évaluer les pratiques professionnelles au sein d’un service de Rhumatologie universitaire concernant la rentabilité diagnostique de cet examen.

Matériels et Méthodes

Etude rétrospective monocentrique (Rhumatologie CHU Dijon) observationnelle portant sur les indications et les résultats du myélogramme sur cinq années consécutives (2005-2011) et d’éventuelles biopsies ostéo-médullaires (BOM) si faites dans le même temps. Les examens médullaires effectués pour le suivi de patients avec des hémopathies déjà connues n’ont pas été pris en compte.

Résultats

257 myélogrammes (14% de pathologiques) ont été réalisés sur cette période dont 79 associées à une BOM (5% de pathologiques). 8 BOM étaient pathologiques pour des myélogrammes normaux. Les indications des myélogrammes se repartissaient équitablement entre anomalies des gammaglobulines (pic monoclonal = 45% des indications, hypogammaglobulinémie = 6%) et les autres raisons (anomalies à la numeration formule sanguine = 24%, ostéolyse inexpliquée = 6% syndrome inflammatoire inexpliqué = 5%, adénopathies profondes = 4% et divers). Le myélogramme a permis de découvrir des myélomes multiples (n = 12), des lymphomes malin non hodgkinien B (6), des myélodysplasies (6), des leucémies lymphoides chroniques (4), des maladies de Waldenstrom (3), des leucémie myélomonocytaire chronique (2), une leucémie à tricholeucocytes (1) et une leucémie aigue lymphoblastique (1) chez des patients âgés (moyenne = 76 ans). Les myélogrammes réalisés pour syndrome inflammatoire ou ostéolyse inexpliqués ou chez des patients atteints de rhumatisme inflammatoire avec altération de l’état général n’ont jamais pas permis de porter un diagnostic étiologique

Conclusion

Cette première étude sur l’intérêt du myélogramme en milieu rhumatologique a permis d’isoler deux grandes indications (anomalies des gammaglobulines et cytopénies, 75% des indications) et deux types d’hémopathies (myélomes à un stade avancé, justifiant des polychimiothérapies avec parfois autogreffes et des hémopathies malignes B peu évoluées). La BOM devrait être plus souvent réalisée dans certaines indications fréquentes en Rhumatologie comme pour la découverte d’adénopathies profondes, d’ostéolyse inexpliquée ou de syndrome inflammatoire persistant.

remonter
48
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM