Poster électronique

Me.90 - Fibrose rétro-péritonéale (FRP): une cause rare de syndrome de la queue de cheval
E Ducourau (1); E Lespessailles (1); T Pasquet (1); M Bardet (1); CL Benhamou (1); - (1) Orléans - France;
21ème Congrès
Poster préféré des congressistes
Poster
5
2 votes.
Vu 151 fois.
Résumé
Introduction

En dépit des performances de l'imagerie moderne, la FRP demeure une affection rare dont la prévalence est inférieure à 1/10000. Les signes cliniques sont polymorphes. Nous rapportons ici le cas d'un patient avec syndrome de la queue de cheval, secondaire à une FRP.

Observation

Monsieur G, 47 ans, est hospitalisé pour la prise en charge d'une lombalgie irradiant aux membres inférieurs. Dans ses antécédents, il a une chirurgie de hernie discale L4-L5 droite en 1990 et un infarctus du myocarde avec pose de stent fin 2007.
Mr G est inclus dans un protocole thérapeutique pour sa cardiopathie ischémique : clopidrogrel plato et AZD 6140. Le reste de son traitement associe aténolol, acétylsalicylate de lysine, furosémide, rosuvastatine, trinitrine, ramipril, pantoprazole, acide valproïque, venlafaxine, alprazolam, méprobamate, amitriptyline et sulfate de morphine. Monsieur G a des lombalgies chroniques. En janvier 2008, spontanément, il a une majoration de ses lombalgies puis l'apparition d'une irradiation aux membres inférieurs : selon un trajet S1 à droite, et à la face postérieure de la cuisse gauche. La douleur est impulsive, de rythme inflammatoire et Mr G a une claudication intermittente avec un périmètre de marche de 200 mètres. Depuis février 2008, Il a des oedèmes des membres inférieurs qui s'aggravent, alors que les explorations cardiologiques sont strictement normales. Depuis quelques semaines, le patient se plaint d'une dysurie et d'une impuissance. Il a eu un épisode de perte de selles lors d'une diarrhée. A l'examen clinique, il a une douleur à la palpation des épineuses lombaires basses, un signe de Lasègue à 30° à droite. On note aussi un déficit à 4/5 des releveurs du pied droit, un réflexe rotulien droit aboli, une hypoesthésie en selle au testing périnéal. Le reste de l'examen clinique retrouve des oedèmes bilatéraux prenant le godet et une augmentation de volume du testicule droit. La biologie montre une hyperleucocytose et un syndrome inflammatoire. Le bilan auto -immun est négatif. L'IRM du rachis lombaire est normal, ainsi que l'échographie testiculaire et l'écho-doppler des membres inférieurs. Le scanner abdomino-pelvien montre une infiltration péri—aortique sous les artères rénales avec une compression de la veine cave inférieure. Les uretères ne sont pas dilatés mais sont attirées par cette infiltration. L'aspect est en faveur du diagnostic de FRP. La biopsie de cette infiltration confirme le diagnostic de FRP active, sans argument pour une étiologie néoplasique.

Discussion

Les troubles vésico-sphinctériens décrits communément dans la FRP sont une dysurie, une nycthurie ou une anurie, liées à une compression urétérale. A notre connaissance, un syndrome de la queue de cheval secondaire à cette pathologie n'a jamais été décrit. Dans la littérature, nous n'avons trouvé que deux cas de compression médullaire secondaires à la FRP. L'un de ces cas ayant bien répondu à la corticothérapie, nous avons initié un traitement par de la prednisone à 0,5 mg/kg/j. Le traitement par Aténolol a été interrompu.

Conclusion

En cas de lombalgie inflammatoire et de syndrome de la queue de cheval, le diagnostic de FRP doit être évoqué si l'IRM lombaire est normale.

remonter
60
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM