Poster électronique

Lu.83 - Pratiques d'injection intra-articulaire d'Hylane G-F 20 chez des patients présentant une coxarthrose : Etude observationnelle
JG Bloch (1); F Grazian (2); H Lellouche (3); B Maillet (4); R Bellony (5); - (1) Strasbourg - France; (2) Saint Germain en Laye - France; (3) Herblay - France; (4) Moulins - France; (5) Amiens - France;
21ème Congrès
Poster
2
1 votes.
Vu 87 fois.
Résumé
Introduction

Une précédente enquête conduite auprès de 101 rhumatologues français a mis en évidence une disparité des injections d'acide hyaluronique dans la hanche. Cette étude a été menée afin d'observer les différentes modalités d'injection d'Hylane G-F 20 dans la hanche chez des patients souffrant de coxarthrose.

Matériels et Méthodes

Etude française, multicentrique, prospective, observationnelle. 60 rhumatologues (de ville en majorité) ont participé. Les patients adultes présentant une coxarthrose symptomatique, confirmée radiologiquement et nécessitant au moins une injection d'Hylane G-F 20 ont été inclus. Le suivi pour chaque patient était de 12 mois. L'analyse intermédiaire était ciblée sur la pratique de chaque injection d'Hylane G-F 20. Les rhumatologues ont complété un questionnaire sur la technique de chaque injection (voie d'abord, conditions d'asepsie et matériel utilisé, pratiques d'injection et guidage ; recommandations post-injection et toute information et/ou évènement lié à l'injection).

Résultats

190 injections ont été pratiquées par 33 rhumatologues chez 141 patients. La moyenne d'âge des patients inclus est de 63 ans, le sexratio de 0.83. La majorité des patients était en Grade II (42%) ou III (35%) de Kellgren-Lawrence, avec une coxarthrose symptomatique depuis environ 4 ans. Tous les rhumatologues ont modifié leur pratique d'injection pour au moins un patient et sur un critère. Les changements sont intervenus en majorité sur les conditions d'asepsie, la méthode de guidage et/ou l'adjonction d'une injection d'un corticoïde.
134 /190 (71%) des injections ont été effectuées par voie antérieure, ce qui correspond à la pratique de 28 rhumatologues (85%). Seulement 12% d'entre eux utilisaient une voie d'abord antéro-externe ou externe (9%). 92% des injections ont été réalisées après un lavage des mains et l'utilisation d'une solution antiseptique a été observée dans 45% des cas. Néanmoins, 42% des rhumatologues ont modifié leur procédure d'asepsie.
40% des injections avaient un repérage anatomique ; 68% après anesthésie locale (cutanée, sous-cutanée ou intra-articulaire). 75% des injections avec arthrographie, avec une modification de la méthode de guidage chez 32% des rhumatologues. Dans 71% des cas, une injection intra-articulaire de corticoïde a été pratiquée. Un traitement post-injection était prescrit dans 44% des cas et 50% des rhumatologues ont changé de recommandations pendant l'étude.

Conclusion

Ces résultats sont représentatifs des pratiques d'injection d'Hylane G-F 20 dans la coxarthrose en France. Les pratiques entre rhumatologues sont variables et peuvent être modifiées d'un patient à l'autre pour un même rhumatologue. D'autres analyses seront effectuées, afin de proposer une standardisation de l'acte en fonction de la relation entre la procédure d'injection et le profil patient.

remonter
62
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM