Poster électronique

Lu.12 - Aspect particulier d'un ostéoblastome cervical
F Hanni (1); C Makhloufi-Dahou (1); L Djama (1); F Mechid (1); H Si Ahmed (1); S Abtroun-Benmadi (1); T Benbouzid (1); - (1) Alger - Algerie;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 50 fois.
Résumé
Introduction

Entité individualisée par Jaffe et Lichtenstein en tant que tumeur osseuse bénigne, l'ostéoblastome est rare et représente environ 1 % des tumeurs osseuses primitives et 3 % des tumeurs bénignes. Il s'observe habituellement au cours des trois premières décennies. Il est exceptionnel au-delà de 50 ans. De très rares cas d'ostéoblastomes agressifs qui ont une tendance à la récidive après exérèse ont été décrits. Nous rapportons le cas d’un ostéoblastome particulièrement agressif et étendu chez un patient de plus de 50 ans.

Observation

Mr R L, enseignant âgé de 55 ans a consulté en mars 1999 pour une douleur cervicale irradiant le long du membre supérieur droit sans trajet radiculaire précis, d’installation progressive et sans facteur déclenchant, évoluant depuis 8 mois, mal calmée par le repos et le paracétamol, le réveillant parfois la nuit et calmée par les AINS, sans signes généraux associés . L’examen clinique notait une perte de la lordose cervicale, une douleur à la palpation et à la mobilisation du rachis cervical, et l’absence de déficit neurologique. Le reste de l'examen somatique était sans particularités. Le bilan biologique était sans anomalies, notamment absence de syndrome inflammatoire et de perturbations du bilan phosphocalcique ; les marqueurs tumoraux négatifs. La radiographie standard du rachis cervical (profil) a montré une hypertransparence localisée à l’angle postéro -inferieur du corps de C4. La scintigraphie osseuse a mis en évidence une hyperfixation osseuse étendue de C3, C4 et C5, avec absence de fixation sur le reste du squelette. La tomodensitométrie a révélé une large ostéolyse de C4 avec extension intra canalaire de C3 à C5. Les autres examens d’imagerie (radiographie du thorax, échographie cervicale, échographie abdomino-pelvienne) étaient sans anomalies. Une exérèse chirurgicale de la masse tumorale a été réalisée et l’examen histologique de la pièce opératoire était en faveur d'un ostéoblastome. Les examens d’imagerie de contrôle pratiqués systématiquement deux mois plus tard étaient en faveur d’une récidive de la tumeur. Le patient a été opéré une seconde fois ; les suites opératoires étaient favorables et l'examen de la piéce opératoire a permis de confirmer le diagnostic d'ostéoblastome bénin avec absence de signes de malignité. Mr R L était revu réguliérement tous les ans. Lors de son dernier contrôle en mars 2012, il présentait un bon etat général et se plaignait de cervicalgies de type mécaniques.

Conclusion

Cette observation mérite d’être rapportée du fait de ses particularités notamment l’âge de survenue tardif de l'ostéoblastome et l’aspect radiographique trompeur avec ostéolyse étendue pouvant évoquer une tumeur maligne, ainsi que le caractère agressif et récidivant de la tumeur.

remonter
48
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM