Poster électronique

Lu.77 - Tolérance des bisphosphonates injectables au cours des ostéolyses malignes
L Souabni (1); S Miladi (1); K Ben Abdelghani (1); A Ben Tekaya (1); MS Chekili (1); S Kassab (1); A Laatar (1); L Zakraoui (1); - (1) La Marsa - Tunisie;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 25 fois.
Résumé
Introduction

Les bisphosphonates (BP) injectables sont d’un apport important au cours du traitement des ostéolyses malignes. A travers cette étude nous nous proposons d’évaluer la tolérance à court et à long terme des ces produits.

Patients et Méthodes

Il s'agit d'une étude rétrospective portant sur des patients suivis pour une ostéolyse maligne et traités par BP injectables colligés au service de rhumatologie de l’hôpital Mongi Slim sur une période de 12 ans ­ [2000 à 2012].

Résultats

Nous avons recensé 57 patients dont 16 femmes et 41 hommes, âgés en moyenne de 64 ans et traités par BP injectables. Dix-neuf patients ont été suivis pour un myélome multiple et 38 pour des métastases osseuses. Le BP le plus fréquemment utilisé était le Zolédronate (Zometa) (chez 45 patients versus 15 patients sous Pamidronate (Aredia) ). En pré-thérapeutique, une hypercalcémie a été rapportée dans 5 cas et une insuffisance rénale dans 7cas. L’examen stomatologique a été fait seulement dans la moitié des cas. Le nombre de cure moyen par patient était de 9. Comme effets indésirables immédiats on rapporte un syndrome pseudo grippal apparu après la première perfusion dans 9 cas (3 cas sous Aredia et 6 cas sous Zometa) et une confusion mentale fébrile dans 1cas après la première perfusion de Zometa régressant spontanément. Une hypocalcémie (jusqu’à 1,57mmol/l) a été trouvée dans 14 cas (3 cas sous Aredia et 11 cas sous Zometa) persistante dans la moitié des cas. Une baisse de la clairance de la créatinine de 20 ml/min a été notée dans un cas. Une atteinte ophtalmologique à type d’uvéite antérieure a été diagnostiquée après la deuxième cure de Zometa chez une patiente. Comme effet indésirable osseux on rapporte l’apparition d’une ostéonécrose de la mâchoire après la quatrième cure de Zometa et des fractures pathologiques chez deux patients. Le recul moyen dans notre étude était de 13 mois. Le motif d’arrêt des BP était ses effets indésirables dans 4 cas, l’évolution fatale dans 9 cas, et la moitié des patients ont été perdu de vue.

Conclusion

Les BP semblent être bien tolérés, toutefois notre faible recul et le nombre important de sujets perdus de vue ne nous permet pas d’avoir des conclusions definitives. Un bilan pré thérapeutique ainsi un suivi rigoureux sont nécessaires afin d’améliorer le profil de sécurité de ces produits.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM