Poster électronique

Me.64 - Les lombosciatiques communes du sujet âgé
S Kochbati (1); L Daoud (1); C Jemni (1); S Shili (1); S Ktari (1); F Boussema (1); M Daghfous (1); L Rokbani (1); - (1) Tunis - Tunisie;
21ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 201 fois.
Résumé
Introduction

Etudier les caractéristiques cliniques, d'imagerie, évolutives et thérapeutiques de la lombosciatique (LS) du sujet âgé.

Patients et Méthodes

Il s'agit d'une étude rétrospective menée sur 70 patients dont l'âge est supérieur ou égal à 65 ans. Tous ces malades sont suivis pour une lombosciatique commune (hernie discale ; canal lombaire étroit ; arthrose inter-apophysaire postérieure) ; nous avons exclu de cette étude les lombosciatiques secondaires.

Résultats

Il s'agit de 48 femmes et 22 hommes, l'âge moyen est de 71,4 ans, (extrêmes : 65-88 ans). Les antécédents lombalgiques sont trouvés dans 36,2% des cas, la douleur est de type mécanique dans 52% des cas, mixte 34% des cas et inflammatoire 14% des cas. L'installation de la symptomatologie douloureuse s'est faite le plus souvent de façon progressive (91,4% des cas) ; rapidement progressive (5,3% des cas) et brutale (2,9% des cas). La sciatique est bilatérale dans 29% des cas et unilatérale dans 71% des cas. Le syndrome rachidien est présent chez 49% des patients et le syndrome radiculaire dans 33,2% des cas. L'examen neurologique relève des signes déficitaires moteurs dans 7% des cas et aucun syndrome de la queue de cheval. Les radiographies standard faites dans 99% des cas montrent une discopathie dégénérative à l'étage L5-S1 dans 68%, une arthrose inter-apophysaire postérieure dans 42,6% des cas et des signes indirectes de canal lombaire étroit dans 11,7% des cas. Le recours au scanner lombaire est effectué dans 29,8% des cas confirmant l'origine dégénérative de cette lombosciatique. L'IRM n'a été pratiqué que dans 5 cas et ce en raison d'une suspicion d'une LS symptomatique.
En plus du traitement symptomatique et du repos, 33% des patients ont bénéficiés d'infiltrations péridurales et de rééducation fonctionnelle (39% des cas). Cette thérapeutique est à l'origine d'une nette amélioration clinique dans 86% des cas. Seulement 5% qui ont été opérés pour une hernie discale sur un canal lombaire étroit réfractaire au traitement médical.

Conclusion

La lombosciatique commune est une pathologie fréquente de nos jours, tant chez le sujet jeune que chez le sujet âgé. Il faut néanmoins s'acharner à éliminer une lombosciatique secondaire chez le sujet âgé, dont le tableau clinique peut être trompeur et de tenir compte des pathologies associées fréquentes à cet âge.

remonter
52
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM