Poster électronique

Me.135 - Évaluation des connaissances et des a priori des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde
F Cornélis (1); N Kambia (2); A Legrand (1); M Soubrier (1); JJ Dubost (1); S Mathieu (1); T Bardin (3); MH Papon (1); P Wierre (2); I Creveaux (1); J Arnoult (2); RM Flipo (2); B Vennat (1); AMS Auvergne ; AMS Nord - (1) Clermont-Ferrand - France; (2) Lille - France; (3) Paris - France;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 34 fois.
Résumé
Introduction

La transmission de connaissances médicales pertinentes aux personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde (PR) sur les facteurs génétiques et d’environnement de leur maladie contribue à préparer les applications médicales de la recherche fondamentale dans ce domaine. Une de ces applications serait de viser à réduire l’incidence de la maladie chez les personnes génétiquement à risque par l’éviction des facteurs d’environnement identifiés pour la maladie. Réciproquement, la transmission des a priori des patients sur les facteurs déclenchants de leur maladie peut être utile pour adapter la transmission des connaissances et pourrait conduire à des pistes potentielles pour la recherche. Les Pharmaciens d’officine ont dans leurs missions l’éducation à la santé de leur patientèle et 1/3 d’entre eux reçoivent des stagiaires Pharmaciens en formation.
Notre objectif était d’évaluer par ces stagiaires dans deux régions les connaissances des patients sur l’existence d’un sur-risque familial, lié aux facteurs génétiques et d’environnement partagés dans la famille, et les a priori de ces patients sur les facteurs ayant déclenchés la maladie.

Matériels et Méthodes

Les associations de Pharmaciens-maître de stage d’Auvergne et du Nord Pas de Calais ont fait remplir par leurs stagiaires en officine des questionnaires à des patients atteints de PR.

Résultats

En Auvergne, 89 PR et 367 dans le Nord Pas de Calais ont rempli un questionnaire.
Le diagnostic de PR avait été posé par un rhumatologue dans 96-95% (chiffres Auvergne-Nord) et confirmé en CHU dans 38-42% des cas. Le sur-risque familial était connu pour 43-47% et celui lié au tabac pour 25-29%. Les a priori de facteurs déclenchants portaient en majorité sur les facteurs alimentaires (3-3%), infectieux (11-11%) et le stress psychologique (perte d’emploi, décès d’un proche ou séparation familiale) (43-44%).

Discussion

Dans ces deux régions, pour des groupes de patients PR aux caractéristiques similaires, nous avons observé un niveau de connaissance très proche et des a priori quas-identiques.

Conclusion

La surprenante similarité dans les évaluation des connaissances et des a priori dans ces deux régions géographiquement éloignées suggère que cette évaluation est extrapolable à la population française. Cette évaluation permet de mesurer les progrès à accomplir, le sur-risque familial et le rôle du tabac étant méconnu de plus de 1 patient PR sur deux et 2 sur 3, respectivement. Les Pharmaciens pourraient jouer un rôle majeur pour la transmission de l’information dans ce domaine de la santé.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM