Poster électronique

Ma.07 - Etude des facteurs de risque cardiovasculaire chez les patients ayant une spondylarthrite ankylosante
H Ben Fredj (1); N Bagané (1); H Zaglaoui (1); K Bel Haj Slama (1); MH Ben Abdessalem (1); J Abdelmajid (1); B Khalfallah (1); E Bouajina (1); - (1) Sousse - Tunisie;
21ème Congrès
Poster
3
1 votes.
Vu 83 fois.
Résumé
Introduction

La spondylarthrite ankylosante (SPA) retentie globalement sur la qualité de vie et a long terme sur l'espérance de vie des patients. La notion de mortalité cardiovasculaire accrue au sein de ce groupe de spondylarthropathies est un fait récent.
L'objectif de ce travail est de prélever la prévalence des facteurs de risque cardiovasculaire conventionnelle au sein de cette population.

Patients et Méthodes

C'est une étude rétrospective monocentrique de 90 cas de SPA colligés au service de rhumatologie de Sousse sur une période de 7 ans (2000-2007). Pour chaque malade nous avons pris en considération, des informations concernant les données démographiques, la duré de la maladie, ses caractéristiques, les différents traitements ainsi que les facteurs de risque cardiovasculaire associés à la SPA à savoir l'HTA, le diabète, dyslipidémie, obésité et le tabac.

Résultats

Notre série comporte 90 patients âgés en moyenne de 36 ans (17-67 ans). Il s'agit de 68 hommes et 22 femmes. L'âge de début de la symptomatologie est de 26 ans (8-61 ans). Les facteurs de risque cardiovasculaires associés à la SPA observés chez un tiers des patients (24 H et 6 F) étaient repartis comme suit : HTA : 8 cas (8,8%), diabète : 2 cas (2,22%), dyslipédemie : 1 cas (1,11%), obésité : 6 cas (6,6%) et tabac : 16 cas (17,7%). La cumulation de deux facteurs de risque est observée chez 3 cas. Ces patients ont un âge moyen supérieur au reste des SPA (44 ans vs 31 ans ; P < 0,0001). Le début de la maladie est plus tardif chez les patients ayant un facteur de risque (33 ans vs 23 ans ; P < 0,0001). Une atteinte périphérique est notée chez 11 cas (36% vs 37%) et une atteinte axiale isolée est retrouvée dans 19 cas (62% vs 62,7%). Une coxite est observée chez 11 patients (37% vs 49%), une déformation axiale chez 11 cas (37% vs 23%). Ces patients avaient un BASFI et BASDAI moyen comparable au reste de la population à 4,9 vs 4,2 et 5,1 vs 4,7. Les manifestations extra articulaires sont plus observées chez les patients avec risque cardiovasculaire avec une différance significative (50% vs 22%, P = 0,008).

Conclusion

Un âge avancé, un début tardif de la maladie et l'existence des manifestations extraarticulaires semblent être prédisposant aux risque cardiovasculaire. Un dépistage systématique des facteurs de risque cardiovasculaires conventionnels chez ces patients susceptibles de développer une athérosclérose doit être précoce afin de proposer des recommandations pour la prise en charge globale.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM