Poster électronique

Lu.66 - La prévalence des synovites résiduelles écho-doppler positives chez des PR en rémission clinique est élevée et prédit le risque de rechute et de progression structurale : une analyse systématique de la littérature et méta-analyse
TKH Nguyen (1); A Ruyssen-Witrand (1); A Constantin (1); V Foltz (2); F Gandjbakhch (2); A Cantagrel (1); - (1) Toulouse - France; (2) Paris - France;
25eme Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 33 fois.
Résumé
Introduction

L’échographie est plus sensible pour détecter des synovites chez des patients ayant une polyarthrite rhumatoïde (PR) que l’examen clinique, que la maladie soit active ou en rémission. (1) Les critères de rémission clinique de la PR sont nombreux et de plus en plus ambitieux et l’impact des synovites résiduelles en échographie sur le pronostic de la PR en rémission clinique reste débattu. (2) Cette étude étudie la prévalence de l’hypertrophie synoviale échographique (HS+) et l’activité doppler (PD+) chez des patients en rémission clinique et l’impact de cette synovite résiduelle sur le risque de rechute et de progression structurale.

Patients et Méthodes

Une analyse systématique de la littérature a été effectuée sur Medline, Embase et les abstracts des congrès internationaux et de la SFR le 28 mai 2012. Les articles évaluant la synovite résiduelle en échographie chez les PR en rémission ont été sélectionnés. La prévalence des HS+, HS+/PD-, HS+/PD+, HS-/PD- a été étudiée en prenant en compte les définitions de rémission clinique, l’ancienneté de la PR et le nombre d’articulation examinées. Après méta-analyse, le risque de rechute et de progression structurale chez les patients HS+/PD+ par rapport aux autres patients a été estimé en calculant les Odds Ratios (ORMH) et intervalles de confiance à 95% par la méthode de Mantel-Haenszel.

Résultats

19 études incluant 1618 patients dont 1369 sont en rémission ont été inclues dans cette analyse. Les prévalences des HS+, HS+/PD-, HS+/PD+, HS-/PD- étaient respectivement 84%, 41%, 44% et 15%. Les prévalences des HS+ et HS+/PD+ étaient comparables quelle que soient la définition de rémission clinique utilisée (DAS44, DAS28, SDAI, ACR 1981, ACR/EULAR 2011) et le nombre d’articulations examinées (entre 5 et 44 articulations scannées). Les prévalences de l’HS+ et l’HS+/PD+ étaient plus élevée chez les PR établies (>2 ans d’évolution) par rapport aux PR récentes (respectivement 87% de HS+ versus 64%, p<0,001 et 47% de HS+/PD+ versus 33%, p<0.001). Après méta-analyse réalisée à partir de 5 études pour l’évaluation du risque de rechute (incluant 271 patients) et 3 études pour l’évaluation du risque de progression (incluant 173 patients), la présence de HS+/PD+ est associée à une augmentation du risque de rechute (ORMH [IC 95%] = 3,2 [1,8-5,9], p = 0,0001, I2 = 0%) et une augmentation du risque de progression structurale (ORMH [IC 95%] = 13,2 [1,1-74,3], p = 0,04, I2 = 43%) sur 1 à 2 ans.

Conclusion

La prévalence des synovites résiduelles échographiques est élevée chez les patients en rémission clinique. Une HS+/PD+ résiduelle augmente le risque de rechute et de progression structurale chez ces patients.

remonter
55
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM