Poster électronique

Lu.08 - Lombocruralgies révélant un volumineux pseudo-anévrysme lombaire
E Rivière (1); G Gill (1); P Dieudé (1); G Hayem (1); O Meyer (1); S Ottaviani (1); E Palazzo (1); - (1) Paris - France;
25eme Congrès
Poster
1
1 votes.
Vu 26 fois.
Résumé
Introduction

Nous rapportons le cas d’un pseudo-anévrysme lombaire responsable d’une destruction vertébrale majeure.

Observation

Cette femme de 79 ans a pour antécédents un AIT traité par aspirine, un rhumatisme ancien déformant de type chondrocalcinose avec multiples calcifications discales et arthropathies destructrices des épaules et des doigts.
Elle a présenté en 2007 une septicémie à Streptocoque du groupe B avec greffes infectieuses de l’épaule droite et discales T5-T6 et L3-L4. La patiente était ensuite asymptomatique sur le plan ostéo-articulaire, notamment rachidien.
En 2012, apparaissent des lombocruralgies bilatérales mécaniques d’aggravation progressive sur 6 mois jusqu’à une perte d’autonomie majeure, sans déficit neurologique, sans altération de l’état général ni syndrome infectieux.

Les radiographies montrent un rachis instable avec disparition quasi-complète des corps vertébraux de L3 et L4, faisant évoquer une étiologie septique ou tumorale.
La biologie est normale, sans syndrome inflammatoire.
L’IRM montre une volumineuse lésion expansive des corps vertébraux de L3 et L4, soufflant les corticales, à contenu hétérogène correspondant à des plages hémorragiques. La TDM confirme le diagnostic de pseudo-anévrysme, développé aux dépens de la 4ème artère lombaire gauche, avec visualisation d’un saignement actif. Une embolisation artérielle sélective a été réalisé, efficace après deux séances. Les contrôles TDM et IRM montrent une embolisation complète et la disparition des plages de saignement actif, avec persistance du sac anévrysmal.
L’évolution clinique est favorable avec disparition des radiculalgies et reprise de la marche sous corset.
Sur le pan thérapeutique, se discute une stabilisation rachidienne par arthrodèse lombaire.
Sur le pan étiologique, l’aspect radiologique n’est pas évocateur d’un anévrysme mycotique, qui se développe habituellement au sein de la paroi vasculaire.
Cette lésion s’est développée au même étage disco-vertébral que la spondylodiscite 5 ans auparavant.

Discussion

Notre hypothèse est celle d’un pseudo-anévrysme, par érosion de l’artère lombaire au contact de remaniements inflammatoires.
Dans la littérature, il est classiquement rapporté des cas de pseudo-anévrysmes post- traumatiques (fractures de processus transverses notamment) ou post-interventionnels : vertébral (biopsie ou chirurgie discale), chirurgies rénales, angiographie et chirurgie aortique (1). Les infections rachidiennes notamment tuberculeuses peuvent également se compliquer d’abcès qui érodent les parois vasculaires. Les pseudo-anévrysmes spontanés sont exceptionnels (2).

Conclusion

En conclusion, nous présentons le premier cas d’un pseudo-anévrysme artériel de la quatrième artère lombaire, à révélation tardive, au contact d’un foyer de spondylodiscite à pyogènes.

remonter
44
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM