Poster électronique

Di.155 - Syndrome « métabolique », habitus de vie et douleurs des membres inférieurs : cohorte descriptive de 7464 sujets
X Chevalier (1); D Thomas (2); P Presles (2); P Bruel (3); C Taieb (2); - (1) Créteil - France; (2) Paris - France; (3) Castres - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 28 fois.
Résumé
Objectif

Définir la prévalence des douleurs des membres inférieurs, de les discrimer en fonction de leur origine et d’établir les liens potentiels avec l’existence d’un syndrome métabolique, de certains habitus de vie et le niveau d'activité physique.Définir la prévalence des douleurs des membres inférieurs, de les discrimer en fonction de leur origine et d’établir les liens potentiels avec l’existence d’un syndrome métabolique, de certains habitus de vie et le niveau d'activité physique.

Patients et Méthodes

Enquête descriptive déclarative à partir de personnes ayant souscrit une assurance, utilisant un auto questionnaire définissant les données épidémiologiques (âge, sexe, éléments du syndrome métabolique, consommation d’alcool et tabagisme) ainsi que l'existence de symptômes et d’handicap soit potentiellement en rapport avec une pathologie artérielle et/ou une pathologie rhumatologique des membres inférieurs. Le score de Rose a permis de définir l’atteinte artérielle et 2 scores articulaires ont été définis a posteriori (un simplifié tenant compte de la douleur et un élaboré tenant compte en sus du handicap fonctionnel). L’analyse s’est faite de façon descriptive et en étudiant les associations avec les scores artériels et articulaires de différentes variables en univariée et par une méthode de régression logistique multivariée au seuil de 10 % pour chaque facteur d’association.

Résultats

7464 questionnaires ont pu être analysés. 62% de femmes (n = 4612) ; âge : 59,3 ans (±16,1). 30% consommaient régulièrement de l’alcool et plus fréquemment les hommes (47,0 % vs 23 , 5 %, p< 0,0001). 14,8 % fumeurs déclarés, 23,6 se déclarent anciens fumeurs et plus fréquemment chez les hommes (35,1% vs 16,4%, p<0,05) Seulement 50% déclarait faire du sport. Il existait une hypercholestérolémie dans 26%, un diabète dans 7%, une hypertension artérielle dans 23% et une maladie cardiaque dans 10%. Le questionnaire de rose positif (définissant l’atteinte artérielle) était présent dans 1.5 % et plus fréquemment chez les hommes (x 2, p = 0.006). Ce questionnaire positif était significativement associé avec l’âge (45-64 ans vs > 75 ans) (+ 60%), l’HTA (+88%) et le fait de cumuler tabagisme et diabète (+330%). La fréquence des plaintes articulaires était de 75% dont 56% de lombalgies et 45% de gonalgies et était reliée avec l’âge (x 1.7 au-delà de 75 ans vs tranche âge de19-44 ans). Le nombre de sites douloureux était plus élevé chez les femmes. En ce qui concerne le score dit élaboré, le risque d’augmenter le score de faible-modéré à élevé-important était multiplié par 1,7 pour les femmes, de 40 % si surpoids, de 22 % si HTA, de 44 % si présence d’une maladie cardiaque. La pratique d’une activité sportive (x 3 semaine) diminuait la probabilité d’élever le score de faible-modéré à élevé-important de 41 %.

Conclusion

La prévalence des plaintes d’origine articulaire est très élevée. Elles partagent un terrain commun à celles des pathologies artérielles : éléments du syndrome métabolique et sédentarité. L’activité physique apparait comme un moyen simple de diminuer les symptômes articulaires et donc in fine d’améliorer les 2 pathologies.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM