Poster électronique

Ma.120 - Épargne en AINS dans la gonarthrose : les glucosamines ont-elles un intérêt de santé publique ?
P Bertin (1); C Taieb (2); - (1) Limoges - France; (2) Paris - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 31 fois.
Résumé
Introduction

Parmi les différentes classes thérapeutiques auxquelles le médecin peut faire appel pour le traitement de l’arthrose figurent : les anti-arthrosiques d’action lente (AASAL), les antalgiques simples de type paracétamol, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les injections de corticoïdes et les injections intra-articulaires d’acide hyaluronique.Les effets indésirables des AINS non sélectifs, particulièrement chez les personnes âgées, sont bien connus (digestifs et rénaux principalement). Toute prise en charge qui induirait une epargne en AINS aurait un intérêt de santé publique.L'objectif de ce travail étant d'évaluer l’épargne d’AINS induite dans une population de patients traités par glucosamine comparée à une population de patients témoins non traités par un anti-arthrosique symptomatique d’action lente (AASAL).

Patients et Méthodes

La base Disease Analyser (IMS Health) est un observatoire informatisé de la pratique médicale de ville incluant 1 200 MG ou médecins à exercice particulier, ce qui correspond à environ 4 millions de patients résidant en France. Elle permet d’analyser les consommations médicamenteuses et les consultations dans une pathologie donnée. Le critère : « Patients avec au moins un diagnostic M17 (Gonathrose, Arthrose Du Genou) » a permis de construire l’échantillon des patients gonarthrosiques .Pour éviter toutes informations parasites, il a été décidé d’étudier les patients traités pour gonarthrose, naïfs d’AASAL durant les 12 mois précédents. Les patients exposés ont été comparés à une cohorte Témoin appariée sans glucosamine.

Résultats

L’effectif du groupe de sujets suivis dans la cohorte exposé était de 436, 295 femmes pour 141 hommes soit un sex-ratio de 67,66% en faveur des femmes. Versus 11336 sujets, 7670 femmes pour 3666 hommes sex-ratio identique. De plus dans la cohorte de sujets exposés, 49% n’avaient pas été traités par AINS l’année précédente. Ce pourcentage est identique dans la cohorte non exposée. La durée moyenne cumulée des prescriptions d’AINS, dans la cohorte de sujets exposés au cours de la première année de suivi était de 30,39 jours ± 38,64 (max 252 j - min4 j, médiane : 16). La durée moyenne cumulée des prescriptions d’AINS, dans la cohorte non exposés au cours de la première année de suivi était de 37,82 jours ± 54,62, (max 572 j - min : 1 j, médiane 20). La différence observée est statistiquement significative p = 0.0109. Cette différence observée est confirmée en Dose Quotidienne Ajustée (DDD) : en effet le nombre de journées de traitement exprimé en DDD, dans la cohorte de sujets exposés, est de 45,12 jours ± 49,03, (max 300 j, min 1,33 j, médiane : 29) versus 53 jours ± 71,14, (max 780 j, min : 0,5 jour, médiane 30) pour le groupe non exposé. La différence observée est statistiquement significative p = 0.033.

Discussion

Cette évaluation qui a mobilisé plus de 11 500 sujets, avec un recueil historique des ressources ne pouvant pas être modifiées par la mise en place de l’étude, évite le biais du recrutement compétitif. Avec un suivi longitudinal de chaque patient couvrant une période de 12 mois évite le suivi de 2 mois où un même patient peut appartenir à plusieurs groupes différents et ou l’action lente n’est pas prise en compte. L’épargne d’AINS a été calculée selon la DDD qui est la seule méthodologie recommandée pour ce type de calcul.

Conclusion

Construit selon une méthodologie robuste, cette évaluation montre que la prescription de glucosamine permet une épargne statistiquement significative en AINS, dans une population âgée et confirme son intérêt de santé publique.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM