Poster électronique

Di.126 - Infections à VZV chez 66 enfants et adultes traités par biologiques
S Guillaume-Czitrom (1); H Che (2); V Remy-Piccolo (3); Y Allanore (3); A Duquesne (4); C Cozic (5); D Wendling (6); E Dernis (7); E Legangneux (8); I Kone-Paut (1); P Quartier (3); J Morel (2); CRI et SOFREMIP - (1) Kremlin-Bicêtre - France; (2) Montpellier - France; (3) Paris - France; (4) Lyon - France; (5) La Roche-sur-Yon - France; (6) Besançon - France; (7) Le Mans - France; (8) Cherbourg - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 26 fois.
Résumé
Introduction

Les infections virales peuvent compliquer la prise en charge des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques (MIC) traités par biologiques. Peu de cas de primo-infection et réactivation par le virus varicelle zona (VZV) ont été rapportés chez des patients sous biothérapie.

Patients et Méthodes

Nous avons recueilli par questionnaire les données sur les infections à VZV chez les patients sous biologique pour MIC en rhumatologie. Un appel à observation a été envoyé par email aux membres du CRI-Sofremip en avril 2013. En sept 2013, 38 observations d’adultes et 28 d’enfants ont été étudiées.

Résultats

La population adulte était composée de 29 femmes et 9 hommes, dont 21 adultes >60 ans. La plupart avaient une PR (21) ou une spondyloarthrite (12). Au moment de l’infection par VZV, la majorité recevait un anti-TNF (20) ; les autres étaient traités par tocilizumab (6), abatacept (4) ou rituximab (8). Le DMARD le plus souvent associé était le méthotrexate (19). 21 patients recevaient des corticoïdes dont 15 à une posologie <10 mg/j. La majorité ne prenait pas d’AINS (74%). L’infection à VZV était surtout un zona cutané (36) compliqué d’une atteinte ophtalmologique (2) ou neurologique (4) et 2 varicelles. Le délai entre l’initiation du biologique, des DMARDs, des corticoïdes et l’infection VZV était >6 mois pour la majorité des patients. Le biologique a été arrêté pour 18 patients (47%), le DMARD pour 3 (12%). L’évolution a été favorable pour 33 patients le plus souvent avec un traitement anti-viral.
Chez les enfants, il y avait 21 filles et 7 garçons <18 ans avec une majorité d’AJI (24) dont la moitié de formes systémiques. Lors de l’infection à VZV, 17 enfants étaient sous anti-TNF, 9 sous anti-IL1, 1 sous tocilizumab, 1 sous rituximab. 17/19 enfants étaient sous méthotrexate. 13 enfants recevaient des corticoïdes dont la moitié <0.2 mg/kg et 64% ne prenaient pas d’AINS. Aucun patient n’était vacciné contre le VZV. Il y a eu 18 varicelles et 10 zonas cutanés ; 2 atteintes oculaires au cours d’1 varicelle et d’1 zona et 1 pancytopénie avec hépatite grave sur primo-infection VZV. Le délai entre l’initiation des anti-TNF, des anti-IL1 et l’infection VZV était <6 mois dans respectivement 47% (8) et 11% (1) des cas ; pour les DMARDs et les corticoïdes, le délai était presque toujours >6 mois. Le biologique a été suspendu chez 19 patients (68%), le DMARD chez 11 (58%), les AINS chez 89% et les corticoïdes dans la majorité des cas. L’évolution a été favorable pour tous, avec un traitement anti-viral chez 75% (21).

Conclusion

La prise en charge d'une infection à VZV sous biologique est hétérogène chez l’enfant comme chez l’adulte. Un consensus est souhaitable.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM