Poster électronique

Di.49 - Évaluation de la reproductibilité du focus score dans les biopsies de glandes salivaires à partir de l’étude multicentrique TEARS
S Costa (1); I Quintin-Roué (1); A Lesourd (2); S Jousse-Joulin (1); JM Berthelot (3); V Goeb (4); O Vittecoq (5); JO Pers (1); P Marcorelles (1); E Hachulla (6); A Saraux (1); V Devauchelle Pensec (1); - (1) Brest - France; (2) Vannes - France; (3) Nantes - France; (4) Amiens - France; (5) Bois-Guillaume - France; (6) Lille - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 43 fois.
Résumé
Introduction

la biopsie de glandes salivaires accessoires (BGSA) est un critère majeur pour la classification et le diagnostic des patients ayant un syndrome de Sjögren primaire (pSS). Le focus score tel que défini par Daniels et al, en est l’élément anatomopathologique capital. La mesure de l’envahissement par des lymphocytes B ou T pourrait permettre d’évaluer l’efficacité biologique des traitements. La reproductibilité de lecture de ces éléments a été rarement évaluée.
L'objectif de ce travail était donc d'évaluer la reproductibilité de lecture du focus score et de l’infiltrat de lymphocytes B et lymphocytes T au sein des glandes salivaires accessoires des patients de l’étude TEARS (tolérance et efficacité du Rituximab dans le syndrome de Sjögren).

Patients et Méthodes

Toutes les BGSA disponibles à partir de l’étude TEARS ont été analysées par un pathologiste n’ayant pas participé à l’étude TEARS (SC), à deux temps différents, après une période d’entrainement avec un pathologiste expert (SC, IQR). Tous les patients remplissaient les critères de pSS de l’American-European Consensus Group, et présentaient une pathologie active. Les résultats obtenus ont été comparés au focus score extrait des comptes rendus d’anatomopathologie initiaux. La méthode d’analyse de référence, décrite par Daniels et collaborateurs a été utilisée pour relire les BGSA. Le degré d’accord a été calculé pour le focus score dichotomisé (FSD) (séparant un focus score <1/4mm² et ≥ 1/4mm²) et pour chacun des items suivants : sialadénite lymphocytaire focale (SLF), sialadénite chronique non spécifique (SCNS), dans les limites de la normale (LN), présence de foci confluents, présence de centres germinatifs, déplétion des acini, dilatation des canaux, fibrose, et adipose. Le ratio entre lymphocytes B et T a aussi été mesuré après double marquage en immunohistochimie. La reproductibilité intra et inter observateur a été mesurée en utilisant le score de kappa, qui est un paramètre statistique prenant le hasard en compte, variant entre -1 (accord inférieur à celui obtenu par hasard) et +1 (accord parfait).

Résultats

La reproductibilité inter-observateur a été mesurée dans 77 BGSA. L’accord pour le FSD était de 0,70 (95% CI 0,62-0,78). Pour la SFL, la SCNS et la fibrose, les kappas étaient respectivement de 0,63 (95% CI 0,54-0,72) ; 0,42 (95% CI 0,33-0,51) et 0,23 (95% CI 0,13-0,33). L’accord intra-observateur pour le FSD, la SFL, la SCNS et la fibrose étaient respectivement de 0,77 (95% CI 0,71-0,84) ; 0,71 (95% CI 0, 64-0,78) ; 0,64 (95% CI 0,56-0,72) et 0,44 (95% CI 0,34-0,53). L’accord intra-observateur pour l’évaluation semi-quantitative du ratio entre lymphocytes B et T était de 0,87 (95% CI 0,82-0,92).

Conclusion

La lecture du focus score dichotomisé semble donc reproductible, cependant elle est beaucoup moins fiable concernant la sialadénite focale ou la fibrose ce qui peut entrainer une disparité de réponse à l’échelon du patient. Dans la mesure où le protocole de Daniels et al. N’est pas systématiquement appliqué, le calcul du focus score risque d’être surestimé. L’évaluation de l’infiltrat B et T en double marquage par immunohistochimie est fiable.
En dépit d’un bon accord entre observateurs, une plus grande standardisation, inspirée de la méthode de T. Daniels, semble nécessaire.

remonter
156
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM