Poster électronique

Di.59 - Érythème noueux en milieu rhumatologique : quelles étiologies ? À propos de 14 cas
M Bouzaouache (1); Z Alaya (1); K Baccouche (1); H Zeglaoui (1); S Belghali (1); H Abdessalem (1); A Jamel (1); N Amara (1); E Bouajina (1); - (1) Sousse - Tunisie;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 47 fois.
Résumé
Introduction

L'érythème noueux (EN) est une hypodermite nodulaire, caractérisée par l'apparition brutale de nouures douloureuses principalement localisées sur les jambes. Ce travail vise à décrire le profil clinique et étiologique de l’érythème noueux dans un service de rhumatologie.

Patients et Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective portant sur 14 dossiers de patients ayant été hospitalisés dans un service de rhumatologie pour un érythème noueux.

Résultats

Il s’agit de 13 femmes et d’un homme. La moyenne d’âge était de 35.5 ans [21 à 54 ans]. Tous les patients présentaient une polyarthrite qui était associée à une fièvre dans 6 cas. L’érythème noueux siégeait au niveau des membres inférieurs chez tous les patients. Un syndrome inflammatoire biologique était noté dans 10 cas. L’enquête étiologique a conclu, par ordre de fréquence décroissant, à une maladie post streptococcique dans 9 cas, à une maladie de Behçet dans un cas et à une maladie de Crohn dans un cas. Chez trois patients, aucune étiologie n’a pu être retrouvée. La prise en charge thérapeutique dépendait de l’étiologie. Les AINS ont été utilisés dans 12 cas et l’iodure de potassium dans 10 cas. L’évolution s’est faite vers la guérison chez 11 patients. Trois patientes ont connu au moins une récidive de l’érythème noueux.

Discussion

L’EN ou dermohypodermite aigue consiste en une atteinte inflammatoire de début brutal du derme et de l’hypoderme. Son diagnostic est purement clinique. Une fièvre, des arthralgies ou des douleurs abdominales peuvent précéder l’éruption cutanée qui apparait brutalement. Les nouures prédominent sur les membres inférieurs. Il existe des formes récidivantes et des formes chroniques. Un syndrome inflammatoire biologique est habituel. Les étiologies d’EN sont multiples : l’infection à streptocoque bêtahémolytique du groupe A, la sarcoïdose et notamment le syndrome de Löfgren, la tuberculose, l’entéropathie inflammatoire, la Yersiniose, la salmonellose, l’infection à chlamydiae et à mycoplasme, les maladie de Behçet, la maladie de Horton, les lymphomes et les médicaments. L’EN est idiopathique dans 30 à 50% des cas. Sa prise en charge thérapeutique comprend : le repos, les antalgiques, le port de bas de contention est conseillé et peut diminuer les douleurs ressenties à l’orthostatisme, les AINS peuvent être prescrits pour une courte période, la colchicine et l’iodure de potassium peuvent être utiles dans les formes chroniques, ceci en plus du traitement de la cause (traitement antibiotique d’une infection streptococcique, traitement antituberculeux…).

Conclusion

Dans notre série l’infection post streptococcique était l’étiologie la plus fréquente de l’érythème noueux, comme décrit dans la littérature. Cependant une surveillance des érythèmes noueux idiopathiques est nécessaire car ils peuvent être annonciateurs de pathologies graves.

remonter
156
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM