Poster électronique

Di.125 - Posterior reversible encephalopathy syndrome (PRES) au cours d’une spondylarthropathie traitée par adalimumab
S Ahmed Yahia (1); H Salhi (1); B Xerri-Campano (1); P Chazerain (1); O Lidove (1); P Cesaro (2); JM Ziza (1); - (1) Paris - France; (2) Créteil - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 35 fois.
Résumé
Introduction

Le syndrome d’encéphalopathie postérieure réversible (PRES) est un syndrome clinicoradiologique exceptionnel, caractérisé par l’association variable de céphalées, confusion, troubles visuels, convulsions, nausées, vomissements, déficits neurologiques focaux.
Plusieurs traitements immunosuppresseurs ont été incriminés à l’origine d’un PRES dont ciclosporine, corticoïdes, tacrolimus, lasparaginase, interferon alpha, bavacizumab, rituximab.Cette complication neurologique a exceptionnellement été décrite sous anti TNF alpha.

Patients et Méthodes

Nous rapportons le premier cas de PRES syndrome survenue au cours d’une spondylarthropathie traitée par Adalimumab (ADA).

Résultats

Il s’agit d’une patiente de 58 ans qui présente une spondylarthropathie axiale et périphérique HLA B27 négative, évoluant depuis l’âge de 35 ans répondant aux critères ESSG et AMOR. Dans ses antécédents on retrouve une hypertension artérielle traitée et equilibrée et un syndrome dépressif. En raison d’une réponse insuffisante AINS et au méthotrexate 20 mg/semaine, il est décidé d’introduire une biothérapie par ADA 40 mg/15 jours.Le bilan pré anti TNF alpha autorisant la mise en route du traitement, notamment une IDR à la tuberculine et un test quantiféron négatifs.Un mois après le début de l’ADA, sont apparues brutalement des céphalées intenses avec troubles de l’équilibre sans vertiges, diplopie binoculaire horizontale et vomissements.
L’examen retrouvait un tremblement d’attitude des membres supérieurs, un nystagmus dans le regard vers le haut et latéral droit, reflexes ostéo tendineux vifs et un signe de Babinski à droite, il n’y avait pas de déficit moteur ni de troubles sensitifs. La NFS était normale. Il n’y avait pas de syndrome inflammatoire. Les hémocultures étaient négatives. La sérologie de la maladie de Lyme, les sérologies VHB, VHC, HIV, CMV, EBV étaient négatives, les AAN étaient négatifs. La ponction lombaire retrouvait 49 éléments lymphocytaires, protides 846 mg/l, glucose 2.8mmol/l. PCR LCR : JC, CMV, HSV, EBV, VZV négatifs, cryptocoque négatif. L’IRM cérébrale met en évidence une leucopathie sus et sous tentorielle intéressant le carrefour ventriculaire droit, le splénium du corps calleux, la capsule externe droite, les régions périventriculaires en regard des deux carrefours ventriculaires et les cornes occipitales, les pédoncules cérébelleux supérieurs et moyens de façon bilatérale et l’hémibulbe droit. Absence de restriction de diffusion, signal T2 élevé, absence d’anomalie en spectroscopie. L’imagerie est compatible avec un PRES. L’évolution neurologique est spontanément favorable à l’arrêt de l’ADA cliniquement et morphologiquement. Le diagnostic retenu est celui d’un PRES secondaire à l’ADA, devant l’imagerie compatible, l’absence d’arguments infectieux sur les prélèvements et l’évolution spontanément favorable.Une imputabilité intrinsèque et extrinsèque confirmée par la pharmacovigilance.

Conclusion

Le PRES est une complication rare et méconnue sous anti TNF alpha, (un cas sous Etanercept (1) et un cas sous infliximab (2) ). Elle peut être grave et engager le pronostic vital. L’IRM cérébrale constitue la clé du diagnostic. Cette complication bien qu’exceptionnelle doit être connue des rhumatologues et évoquée devant la survenue de troubles neurologiques centraux.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM