Poster électronique

Di.124 - Déplétion lymphocytaire T sous rituximab : association avec la réponse clinique dans la polyarthrite rhumatoïde
J Mélet (1); D Mulleman (1); P Goupille (1); B Ribourtout (1); H Watier (1); G Thibault (1); - (1) Tours - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 28 fois.
Résumé
Introduction

Le rituximab, un anticorps monoclonal anti CD20, entraine une déplétion lymphocytaire B et est efficace dans la polyarthrite rhumatoïde (PR). Nous avons étudié l’intérêt en routine du suivi des sous population lymphocytaires, en particulier des cellules T, chez les patients traités par rituximab dans la PR.

Patients et Méthodes

Les données de patients ayant reçu du rituximab entre juin 2007 et novembre 2012 dans notre Service ont été analysées de façon rétrospective. Les lymphocytes du sang périphérique CD3+, CD4+, CD8+, CD3-CD56+ et CD19+ ont été mesurés avant et au cours d’un premier cycle de rituximab. Un test non paramétrique de Mann-Whitney a été utilisé pour comparer le compte des sous populations lymphocytaires avant et pendant le traitement.

Résultats

Les données de 52 patients ont été analysées. Nous avons observé une déplétion nette et inattendue des cellules T, principalement les CD4+, chez la plupart des patients. Le nombre de cellules CD4+ diminuait en moyenne de 37% ± 33 à la semaine 12 par rapport à la valeur initiale, atteignant < 200 cellules/μL chez 3 patients (Figure 1). Surtout, l’absence de déplétion en cellules CD4+ était associée à l’absence de réponse clinique, suggérant l’implication des cellules T dans le mécanisme d’action du rituximab.

Conclusion

Le rituximab induit une déplétion lymphocytaire T, affectant principalement les cellules CD4+, en lien avec la réponse clinique. Le suivi en routine des lymphocytes T pourrait être utile dans la PR traitée par le rituximab.

remonter
58
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM