Poster électronique

Di.167 - Échographie du rachis lombaire : images pathologiques
C Darrieutort-Laffite (1); J Glémarec (1); Y Maugars (1); B Le Goff (1); - (1) Nantes - France;
26ème Congrès
Poster préféré des congressistes
Poster
5
1 votes.
Vu 317 fois.
Résumé
Introduction

L’échographie ostéo-articulaire est devenue un outil indispensable pour le diagnostic, le suivi et la prise en charge des différentes pathologies mécaniques ou inflammatoires vues par le rhumatologue. Elle reste principalement utilisée pour l’étude des articulations périphériques et des tendons. Concernant le rachis, les premières descriptions de l’aspect échographique datent des années 80 [1]. Depuis, l’échographie est couramment utilisée en anesthésie pour aider au placement des cathéters d’anesthésie péridurale ou de rachianesthésie. Des études ont également démontré son intérêt dans le guidage des infiltrations de corticoïdes notamment au niveau des articulaires postérieures [2]. En dehors de ces applications d’écho-repérage, l’échographie pourrait également avoir un intérêt diagnostique car elle permet d’avoir accès aux structures rachidiennes, du fascia thoraco-lombaire à la partie postérieure des corps vertébraux. L’objectif de notre travail était de rechercher, de décrire et de collecter de manière systématique les images pathologiques pouvant être mises en évidence grâce à l’échographie au niveau du rachis lombaire.

Patients et Méthodes

Une échographie du rachis lombaire a été proposée à des patients présentant des anomalies rachidiennes mises en évidence par la radiographie standard, le scanner ou l’IRM et pouvant être potentiellement visibles en échographie. L’examen était réalisé chez un patient en décubitus ventral ou assis en ante-flexion, à l’aide d’une sonde basse fréquence, plane (3-11 MHz) ou curviligne (1-8 MHz) pour avoir une champ d’exploration plus large.

Résultats

Plusieurs pathologies ont été identifiées grâce à l’échographie. Tout d’abord l’arthrose articulaire postérieure. Dans cette pathologie, nous avons pu noter en coupe longitudinale un aspect irrégulier de la corticale du processus articulaire supérieur et des formations hyperéchogènes visualisées dans le prolongement de l’articulation en rapport avec des ostéophytes. Dans le cas où un épanchement articulaire était présent, une zone hypochogène était observée à la jonction entre les deux processus articulaires postérieurs. Des images de chondrocalcinose étaient visibles au niveau des articulaires postérieures et des épineuses sous forme de fins dépôts hyperéchogènes à la surface de la capsule ou du ligament interépineux. Nous avons ensuite pu visualiser un aspect de bursite inter-épineuse sous la forme d’une image hypoéchogène située entre les processus épineux avec bombement postérieur sous le fascia thoraco-lombaire et présentant un signal doppler positif. Nous avons également pu voir une image de kyste de Tarlov sous la forme d’un élargissement unilatéral d’un trou sacré. Enfin, une asymétrie des lames en coupe transversale centrée sur le processus épineux pouvait être visualisée dans la scoliose.

Conclusion

L’échographie est capable de mettre en évidence des anomalies dans diverses pathologies rachidiennes, notamment au niveau des épineuses et des articulaires postérieures. La poursuite de la collecte systématique d’images pathologiques nous permettra d’élargir le champ d’application de cette technique dans notre spécialité.

remonter
157
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM