Poster électronique

Di.171 - Y a-t-il une différence entre les anomalies échographiques de l’enthèse calcanéenne selon les pathologies ?
A Haddouche (1); D Teniou (2); S Bencheikh (2); A Benmebarek (1); A Ladjouze-Rezig (2); - (1) Blida - Algerie; (2) Alger - Algerie;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 30 fois.
Résumé
Introduction

Notre talon est largement sollicité dans notre vie quotidienne et son atteinte est également fréquente dans les pathologies rhumatismales qu’elles soient inflammatoires ou mécaniques. Le tendon d’Achille et l’aponévrose plantaire s’insèrent sur le talon pour former l’enthèse calcanéenne. L’échographie est un examen très sensible pour détecter les anomalies enthésitiques même asymptomatiques ou infraradiographiques.Le but de cette étude était d’objectiver et de comparer les anomalies échographiques de l’enthèse calcanéenne dans les spondyloarthrites (SpA), la polyarthrite rhumatoïde (PR), l’arthrose, les pathologies microcristallines et chez des témoins sains afin d’aider le clinicien dans le diagnostic différentiel entre ces pathologies.

Patients et Méthodes

Une étude prospective, en aveugle, chez de jeunes témoins et des patients réalisant des échographies de l’enthèse achilléenne et de l’aponévrose plantaire pour évaluer l’épaisseur, la structure, la présence de calcifications, d’érosions et de signal doppler au niveau de l’enthèse calcanéenne ainsi que la présence de bursite achilléenne. A été évaluée et comparée la fréquence des lésions échographiques élémentaires entres les différents groupes de pathologies. Toutes les analyses statistiques ont été menées en utilisant le logiciel SPSS avec un seuil de significativité α <0,0294 pour ces résultats intermédiaires.

Résultats

Trente six sujets sains (24 femmes/ 12 hommes), 37 SpA (10 femmes/27 hommes), 26 arthrosiques (22 femmes/4 hommes) et 27 PR (26 femmes/ 1homme) ont été inclus dans l’étude. Les groupes n’étaient pas comparables d’un point de vue moyenne d’âge et IMC. 260 talons ont été examinés. En comparant le groupe contrôle au groupe pathologique (PR+SA+arthrose), on a noté que l’atteinte de l’enthèse calcanéenne était sinificativement plus fréquente dans le groupe pathologique (82,4% Achille ; 25,5% AP ; p< 0,001), que l’atteinte de l’AP était plus fréquente en cas d’arthrose (36,5%, p<0,022),
que toutes les lésions élémentaires étaient significativement plus fréquentes dans le groupe pathologique hormis la présence de la bursite achilléenne et d’un signal doppler positif au niveau des deux enthèses (le doppler n’était positif que chez 5 SpA = 3Achille + 2AP). Aucune érosion n’a été détectée dans le groupe contrôle. En comparant les lésions échographiques entres les 3 pathologies, on a noté que les calcifications des 2 enthèses étaient plus fréquentes en cas d’arthrose (Achille : 82,7%, AP : 25% ; p<0,001), que l’erosion des deux enthèses étaient moins fréquentes en cas d’arthrose (Achille : 5,8%, p<0,001 ; AP : 0%, p<0,025), qu’une anomalie de l’échostructure (9,6%, p<0,024) ou de l’épaisseur du tendon d’Achille (1,9%, p<0,006) était peu fréquente dans l’arthrose et enfin que les lésions échographiques ne différaient pas entre les SpA et les PR.

Conclusion

Les résultats intermédiaires de cette étude montrent que la fréquence des lésions échographiques élémentaires diffère entre le groupe pathologique et le groupe contrôle d’une part et entre les pathologies inflammatoires et mécaniques d’autre part. Aucune différence n’a été objectivé en comparant le groupe SpA et PR. Il est nécessaire de continuer l’étude afin d’avoir un plus grand échantillon comparable sur le plan des paramètres démographiques, de recruter des pathologies microcristallines et surtout de vérifier si l’échographie peut différencier entre les PR et SpA.

remonter
157
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM