Poster électronique

Di.22 - La statique du pied chez les patients souffrant de gonarthrose fémoro-tibiale interne : étude cas témoins
N Kadi (1); F Abourazzak (1); H Azzouzi (1); F Lazrak (1); T Harzy (1); - (1) Fès - Maroc;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 23 fois.
Résumé
Introduction

La posture du pied est reconnue depuis longtemps pour son retentissement sur l’alignement du membre inferieur et son fonctionnement dynamique.
Nous comparons à travers cette étude la posture du pied chez les patients avec et sans gonarthrose fémoro-tibiale interne, en mesurant plusieurs paramètres cliniques et radiographiques.

Patients et Méthodes

Nous avons réalisé une étude cas-témoins comparant la posture du pied chez 100 patients atteint d’une gonarthrose confirmée prédominante sur le compartiment fémoro-tibiale interne (FTI) avec 80 sujets sains. On a étudié les paramètres démographiques des deux groupes, l’index de posture du pied, la hauteur naviculaire et l’arche médiale.

Résultats

L’âge moyen des patients était de 59 ±7 (44 - 76) ans et de 48 ± 9 (28 - 60) ans dans le groupe contrôle avec une nette prédominance féminine dans les deux groupes, l’IMC moyen était respectivement de 30,89 ± 4,94 (20 - 50) Kg/m2 et 28,00 ± 3,81 (20-35) Kg/m2 avec un p = 0,0001.
La gonarthrose était classé grade III de Kellgren et Lawrence chez 63% des patients
Un vice architectural a été retrouvé chez 30% des patients notamment un genu valgum dans 26% des cas alors qu’il a été noté chez uniquement 15% des témoins.
L’index de posture du pied moyen était de 1,50 ± 2,68 (-4 et 8) chez les patients et 0,72 ± 2,63 (-5 et 7) dans le groupe contrôle avec une différence statistiquement significative
Un pied creux en pronation était plus retrouvé dans le groupe des patients que dans le groupe des témoins.
En étude multivariée, seul le poids et l’index de posture du pied avaient une corrélation statistiquement significative avec la gonarthrose fémoro-tibiale interne.

Discussion

L’arthrose du genou est une affection fréquente souvent invalidante du fait du caractère portant de l’articulation. Plusieurs facteurs de risque ont été identifiés notamment l’obésité qui constitue un problème de santé mondiale et dont sa corrélation avec la gonarthrose se confirme dans notre étude avec un résultat statistiquement significatif.
La survenue de gonarthrose fémoro-tibiale interne dépend aussi de l’alignement du membre inférieur et notamment la statique du pied. Notre étude a objectivé un pied en pronation plus marqué statistiquement chez nos patients gonarthrosiques par rapport aux témoins sains, ce qui concorde avec les résultats de la littérature. Cette attitude peut être expliquée par une réaction compensatrice du pied qui a pour objectif de diminuer le moment d’adduction du genou et diminuer ainsi la surcharge sur le compartiment fémoro-tibial interne.

Conclusion

La posture en pronation du pied est fréquente chez les patients soufrant d’une gonarthrose FTI, d’où la nécessité d’un examen des pieds chez cette catégorie de malades car il peut retentir sur leur prise en charge thérapeutique.

remonter
62
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM