Poster électronique

Lu.137 - Comparaison BASDAI – ASDAS dans une population de patients avec spondyloarthrite axiale : qui croire l’ASDAS ou le BASDAI ?
A Grasland (1); S Arrestier (2); P Chaspoux (2); J Fannius (3); F Gondouin (4); F Goupy-Le Maître (5); A Karneff (6); P Le Devic (10); C Marchand (7); M Poulain Tellier (7); A Sacchi (8); H Nataf (8); - (1) Colombes - France; (2) Houilles - France; (3) Versailles - France; (4) Montigny-le-Bretonneux - France; (5) Asnières-sur-Seine - France; (6) Le Chesnay - France; (7) Poissy - France; (8) Mantes-la-Jolie - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 32 fois.
Résumé
Introduction

Pour évaluer l’activité des spondyloarthrites, le BASDAI est l’indice composite recommandé par la HAS, la SFR et l’ASAS ; un nouvel indice, l’ASDAS, prenant notamment en compte la CRP est proposé par l’ASAS. En pratique quotidienne, ces deux indices sont-ils équivalents ?

Matériels et Méthodes

Douze rhumatologues de régions voisines regroupés en association ont mesuré l’activité de la maladie de tous leurs patients souffrant de spondyloarthrite à phénotype axial (SA), vus en consultation durant 3 mois consécutifs, quelque soit le motif de la consultation. Une fiche de recueil par patient était à renseigner, comprenant des données générales (âge, sexe, présence de l’antigène HLA B27, traitement en cours, forme radiologique ou non), la valeur récente de la CRP en mg/L, les 6 EVA du BASDAI et l’EVA activité globale, permettant le calcul à posteriori du BASDAI et de l’ASDAS. Si la CRP était notée <5, ou <6, ou <10 mg/L, le calcul de l’ASDAS était réalisé respectivement avec les valeurs 2.5, 3 et 5 mg/L.

Résultats

Durant la période de 3 mois, 120 patients, 41 femmes et 79 hommes, d’âge moyen 46 ans, ayant une SA préalablement diagnostiquée, ont été vus par les 12 rhumatologues et ont pu avoir une évaluation de l’activité de leur maladie. 89 sur 118 (75%) étaient porteurs de l’Ag HLA B27. 93 sur 120 (78%) avaient une forme radiologique. 50 sur 120 (42%) étaient traités par anti-TNF. Le BASDAI moyen était de 3.27/10, la médiane de 3.3/10 et 48 sur 120 (40%) avaient un BASDAI supérieur ou égal à 4/10, témoignant d’une forme active selon le BASDAI. L’ASDAS moyen était de 2.26, la médiane de 2.24, et 67 sur 120 (56%) avaient un ASDAS supérieur ou égal à 2.1, témoignant d’une forme active selon l’ASDAS. Un seul des 48 patients avec un BASDAI supérieur à 4 avait un ASDAS inférieur à 2.1. A l’inverse, 20 patients avaient un ASDAS supérieur ou égal à 2.1 malgré un BASDAI inférieur 4/10. Ces 20 patients «discordants» étaient similaires aux 120, quant à leur âge moyen (49 ans), leur EVA activité, leur consommation d’AINS, et le fait qu’ils aient ou non un anti-TNF. Par contre, la proportion de femmes était plus importante dans ce groupe discordant (sex ratio F/H à 1 contre 0.52 dans le groupe total) et la CRP plus élevée (moyenne à 19.05, contre 8.46 mg/L dans le groupe total).

Discussion

Ces résultats suggèrent que dans une population de patients avec SA, un nombre important de patients, 20 sur 120 (17%) dans notre étude, sont discordants quant à leur niveau d’activité, selon que le BASDAI ou l’ASDAS soit pris comme référence, avec un score de BASDAI inférieur à 4 et un score d’ASDAS supérieur ou égal à 2.1. Dans ce travail, on voit logiquement, que le fait d’intégrer la CRP dans la mesure d’activité peut faire basculer un patient en SA "active", ce qui pourrait avoir des conséquences thérapeutiques. Cette enquête a bien sûr ses limites, le nombre de patients étant peu important, mais elle confirme en pratique quotidienne, ce que d’autres travaux ont déjà montré en termes de discordance entre ces deux outils.

Conclusion

Ce travail dans la « vraie vie », en consultations rhumatologiques routinières, suggère que plus de 15% de patients atteints de SA, et proportionnellement plus de femmes, classés « non actifs » selon le BASDAI deviennent atteints d’une SA active selon l’ASDAS. Il est important que les prochaines recommandations définissent l’outil le plus pertinent pour évaluer l’activité des SA, afin d’aider les rhumatologues à prendre en charge de manière optimum leurs patients en pratique quotidienne.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM