Poster électronique

Di.176 - Importance du positionnement dans l’évaluation 3D de l’espace inter-articulaire métacarpo-phalangien
S Boutroy (1); E Hirschenhahn (1); E Youssof (2); H Locrelle (2); T Thomas (2); R Chapurlat (1); H Marotte (2); - (1) Lyon - France; (2) Saint-Étienne - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 25 fois.
Résumé
Introduction

La quantification précise de l’espace inter-articulaire est un facteur important pour le diagnostic précoce et le suivi de la destruction articulaire et de la réponse thérapeutique chez les patients atteints d’arthrose et de polyarthrite rhumatoïde (PR). Nous avons développé un algorithme permettant de quantifier l’articulation métacarpo-phalangienne (MCP) en trois dimensions par tomographie périphérique à haute-résolution (HRpQCT). Le positionnement des patients est un problème majeur pour une évaluation précise et reproductible de l’espace inter-articulaire. Les mesures à différentes phases d’activité de la maladie sont généralement responsables d'une variabilité importante dans les études transversales et longitudinales. En effet, en phase active de PR, les articulations sont gonflées et douloureuses et limitent l’extension de la main, la rendant inconstante entre les patients et dans le temps. Nous émettons l’hypothèse que la mesure avec un angle de flexion de 30° entre les métacarpes et les phalanges serait une méthode plus appropriée quelque soit l’activité de la maladie, et avons comparé les résultats obtenus entre une flexion de 30° et de 0° des MCP.

Matériels et Méthodes

Nous avons mesuré, par HRpQCT, la seconde MCP de 12 mains cadavériques (3 hommes et 3 femmes, âge moyen = 77±9 ans). L’algorithme que nous avons développé nous permet de mesurer le volume de l’articulation (JSV), l’épaisseur moyenne, minimale et maximale (JSW, JSW.MIN, JSW.MAX) ainsi que sa distribution (JSW.SD) et son asymétrie (JSW.AS, ratio de JSW.MAX sur JSW.MIN). Les MCP étaient scannées avec un angle de 0° et 30° par positionnement sur une attelle horizontale et inclinée. L’effet du positionnement a été comparé par un test apparié de Wilcoxon.

Résultats

Les angles compris entre le métacarpe et la phalange ont été rétrospectivement vérifiés sur les images 3D reconstruites, et les valeurs mesurées étaient de 5,2±4,5° (compris entre 0° to 12°) et 29,5±3,7° (compris entre 25° to 35°).
Le positionnement avait une influence importante sur les valeurs moyenne et maximale de l’espace inter-articulaire. L’espace moyen était 16,4% plus épais (JSW : 2,00±0,38 vs. 1,72±0,30 mm ; p = 0,001) et l’espace maximal était augmenté de 12,5% (JSW.MAX : 2,32±0,34 vs. 2,07±0,34 mm ; p = 0,001) pour des mesures à 30° de flexion comparées à celles à 0°. L’impact du positionnement était moindre sur le volume de l’articulation (64±22 vs. 59±17 mm3  ; 8,9% ; p = 0,29), l’épaisseur minimale (1,28±0,22 vs. 1,18±0,31 mm ; 8,7% ; p = 0,23) et l’asymétrie (1,85±0,30 vs. 1,68±0,42 ; 10,2% ; p = 0,09), respectivement à 30° et 0°. L’hétérogénéité de l’espace articulaire (JSW.SD) n’était pas modifiée par le positionnement (0,22±0,09 vs. 0,21±0,08 mm ; p = 0,88).

Conclusion

Notre étude montre que le positionnement reste un problème majeur de l’évaluation de l’espace inter-articulaire même quand celui-ci est étudié avec des techniques 3D. Pour le confort des patients atteints de PR active, l’utilisation d’une attelle fixée en position de flexion apparait la méthode la plus appropriée pour suivre précisément la destruction articulaire sur le pincement articulaire.

remonter
157
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM