Poster électronique

Di.30 - Comparaison de la valeur diagnostique du cliché en schuss seul versus l’association schuss + face en extension pour le diagnostic de la gonarthrose fémoro-tibiale dans la cohorte Khoala
CH Roux (1); B Mazières (2); AC Rat (3); P Fardellone (4); B Fautrel (5); J Pouchot (5); A Saraux (6); F Guillemin (3); L Euller Ziegler (1); J Coste (5); - (1) Nice - France; (2) Toulouse - France; (3) Vandoeuvre-Lès-Nancy - France; (4) Amiens - France; (5) Paris - France; (6) Brest - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 27 fois.
Résumé
Introduction

L’exploration de référence pour le diagnostic de gonarthrose fémoro-tibiale (FT) est l'association d'un cliché antéropostérieur de face debout en extension et d'un cliché en Schuss. L’objectif de notre étude est de comparer l’apport diagnostique de l'association de clichés en Schuss et de Face en extension par rapport aux clichés en Schuss seul.

Patients et Méthodes

Une étude en population générale en deux phases a conduit à la constitution de la cohorte Khoala entre 2007 et 2009. La première phase consistait en une étude de prévalence réalisée dans 6 centres. 1066 sujets âgés de 40 à 75 ans répondaient aux critères cliniques ACR d’arthrose du genou. Pour obtenir une homogénéité de sévérité de la gonarthrose (stade 0 à 4), nous avons inclus dans la présente étude les 304 premiers participants à cette phase quel que soit leur stade de KL. Une première lecture anonymisée des clichés en Schuss et de Face en extension a été réalisée par un rhumatologue expert (BM), puis une deuxième lecture a été réalisée à distance et en insu des résultats de la première par le même lecteur (BM) qui reanalysa uniquement les clichés en Schuss. L’analyse a porté sur la comparaison des stades de KL pour chaque genou ainsi que sur la détection des ostéophytes (par localisation Condyle Interne (CI), Externe (CE), Plateau Tibial Interne (PTI) ou Externe (PTE) classés de 0 à 3), pincement (gradé de 0 à 4) et condensation osseuse (CI, CE, PTI, PTE).Le nombre de sujets nécessaires (300) a été calculé pour mettre en évidence une différence de positivité des clichés de 0.05 pour une fréquence d’arthrose moyenne de 30%, une corrélation (phi) entre les résultats des clichés égale à 0.80 avec une puissance de 80% et un risque α de 5%

Résultats

304 sujets ont été inclus dans l’étude dont 121 participants à la cohorte KHOALA. L’age moyen était de 58 ans (8.6), le BMI de 29.8 (5.4). Le délai entre les deux lectures était de 2 ans.

  Face en extension + Schuss Schuss (lecture 2 ans)
stades KL GD
% (n)
GG
% (n)
GD
% (n)
GG
% (n)
KL≥ 2 34 (105) 27 (82) 25 (76) 19 (59)
ostéophytes CI 12 (35) 11 (34) 11 (33) 12 (35)
CE 6 (18) 5 (15) 8 (24) 6 (17)
PTI 15 (46) 15.5 (47) 16 (49) 13 (40)
PTE 10 (31) 9 (28) 10 (31) 8 (23)
Pincement 23 (70) 24(71) 23 (71) 18 (55)
La comparaison des stades KL mettait en évidence une différence significative en faveur de l’association des deux clichés (p<0.0001 à droite et p<0.0003 à gauche). En revanche, l’analyse plus fine portant sur le pincement (p = 0.8 et 0.07), les ostéophytes (0.8 et 0.3) et la condensation osseuse (0.6 et 0.6) ne montrait pas de différences significatives. Chez les patients inclus dans la cohorte KHOALA (121), il existait des différences de concordance de lecture selon l’existence d’une obésité, le cliché en Schuss semblant moins performant chez les obèses.

Discussion

L'associationest supérieur au cliché en Schuss seu pour le KLl. Il n'y a en revanche pas de différences pour le pincement tout comme pour les ostéophytes qui sont un point clé important du diagnostic de l'arthrose. L'absence de différence pour les ostéophytes met bien en évidence la problématique du KL notamment pour les stades 1 et 2. L’obésité semble être un facteur à prendre en compte pour la lecture du Schuss, ce qui confirme les données de la littérature.

Conclusion

Il n'y a pas de différence pour la détection d’ostéophytes et d’un pincement FT entre l'association de clichés et le Schuss seul. Ce dernier semble suffisant pour la detection d'une arthrose FT. Ceci doit être pris en considération compte tenu du coût des clichés et de l'irradiation en résultant. Chez les obèses, l’association de clichés de Face et en Schuss semble préférable.

remonter
62
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM