Poster électronique

Ma.86 - Myélopathies cervicarthrosiques : aspects épidémiologiques et cliniques au CHU de Cocody (Abidjan-Côte d'Ivoire)
M Diomande (1); M Tano (1); ECL Kouakou (2); KJM Djaha (1); E Eti (1); MN Kouakou (1); - (1) Abidjan - Côte d'Ivoire; (2) Bouaké - Côte d'Ivoire;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 32 fois.
Résumé
Introduction

La myélopathie cervicarthrosique est la conséquence de l’agression chronique du cordon médullaire cervicale par des remaniements d’origine dégénératif. Elle représente à elle seule 55% des étiologies des myélopathies chez le sujet de plus de 50 ans. La gravité de cette affection tient en son pronostic fonctionnel car l’évolution sans traitement vers la tétraplégie, est imprévisible et inéluctable. L’objectif de cette étude était de décrire les aspects épidémiologiques et cliniques des myélopathies cervicarthrosiques vues au CHU de Cocody à Abidjan.

Matériels et Méthodes

Etude rétrospective à visée descriptive menée au service de Rhumatologie du CHU de Cocody sur une période de 5 ans allant de janvier 2007 à décembre 2012. Ont été inclus 28 dossiers de patients portant le diagnostic de myélopathie cervicarthrosique. Une fiche d’enquête a permis le recueil des caractéristiques sociodémographiques (âge, sexe, profession), cliniques (motif d’hospitalisation, délai d’hospitalisation et les données de l’examen clinique rhumatologique et neurologique), l’imagerie réalisée et le devenir des patients.

Résultats

La fréquence hospitalière des myélopathies cervicarthrosiques était de 0,75% soit 28 cas parmi 3698 pathologies rhumatologiques. Les hommes prédominaient (75%) avec un âge moyen de 61,67 ans. Le délai moyen d’hospitalisation était de 18 mois. Les motifs de d’hospitalisation étaient des signes rachidiens cervicaux (25%) comportant une cervicalgie isolée (10,7%) et une névralgie cervico-brachiale (10,7%), des signes rachidiens non cervicaux (28,6%) dominés par une lombosciatique associée à un trouble de la marche (25%) et des signes non rachidiens (46,4%) où prédominait un trouble de la marche (39,6%). L’examen clinique révélait une raideur cervicale (25%) et un syndrome radiculaire (39,28%), des troubles moteurs (75%) dominés par une paraplégie (21,42%) et une tétraparésie (17,87%), des troubles de la sensibilité profonde (21,42%) et des troubles génito-sphinctériens (42,3%). La TDM et l’IRM ont été réalisés respectivement dans 71,42% et 39,28% des cas. Tous les patients avaient une indication de neurochirurgie.

Conclusion

La myélopathie cervicarthrosique parait très rare à Abidjan et touche les sujets âgés. Les signes neurologiques sont au premier plan. La TDM et/ou l’IRM constituent l’imagerie de choix.

remonter
44
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM