Poster électronique

Di.156 - Évaluation de l’impact des rhumatismes inflammatoires chroniques sur le travail : questionnaire en hôpital de jour
E Constant (1); Z Tatar (2); J Lambert (3); M Gilson (4); M Godfrin-Valnet (5); C Fortunet (6); C Vigne (7); D Dénarié (1); V Nizeica (1); K Boussoualim (1); S Ceccheti (2); C Daron (2); A Lisse (4); M Chevreau (4); M Clay (4); C Vidon (5); L Benguella (6); A Bohm (6); E Rousseau (6); A Beaumel (7); J Tebib (7); JF Maillefert (6); D Wendling (5); P Gaudin (4); M Soubrier (2); T Thomas (1); Club Dyna-MIC - (1) Saint-Étienne - France; (2) Clermont-Ferrand - France; (3) Annecy - France; (4) Echirolles - France; (5) Besançon - France; (6) Dijon - France; (7) Pierre-Bénite - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 32 fois.
Résumé
Introduction

Au-delà des douleurs articulaires responsables de l’impotence fonctionnelle, les rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) ont un impact socio-économique. L’objectif de cette étude a été d’évaluer le retentissement fonctionnel au travail des RIC.

Patients et Méthodes

Un questionnaire médecin-patient a été proposé aux 30 patients consentants et consécutifs, atteints de RIC, venant pour la perfusion de biothérapie à l’hôpital de jour dans 6 services de rhumatologie hospitalo-universitaires (Besançon, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Lyon et Saint-Etienne).

Résultats

Au total, 160 questionnaires ont été recueillis du 3 avril 2013 au 30 mai 2013.
Sur 98 polyarthrites rhumatoïdes (PR), l’âge moyen était de 56,6 ans [27-80], 86% étaient des femmes. La PR était dans 70% des cas érosive, avec un facteur rhumatoïde positif dans 69% des cas, les anti-CCP étaient présents dans 69% et le DAS 28 moyen à 3,36 [0,49-7,14]. Quarante-neuf patients étaient en activité professionnelle.
Sur 62 spondyloarthrites (SpA), l’âge moyen était de 46 ans [23-68], le sexe ratio était de 0,57 et le HLA B27 était positif dans 63% des cas. L’ASDAS moyen était de 2,9 [0,6-9,5], le BASDAI de 3,6 [0-8,4]. Quarante-huit patients étaient en activité professionnelle.
La répercussion moyenne de la maladie sur le travail était de 51/100 dans la PR et à 52/100 dans la SpA. Les symptômes gênants l’activité professionnelle étaient dans la PR et dans la SpA respectivement : fatigue 46% et 69%, douleur 41% et 56%, handicap fonctionnel 28% et 27%. 114 patients étaient en âge de travailler. Le travail à temps complet pouvait être poursuivi par 39% de patients (23 PR et 22 SpA). Dans 25% des cas, les patients étaient employés à temps partiel (14 PR et 15 SpA) et 2.6% étaient au chômage. Dix-neuf patients (17%) ont été reconnus en qualité de travailleur handicapé. L’invalidité était établie dans 19% de cas (11 PR et 11 SpA). L’employeur était informé du diagnostic dans 73% (44 PR et 39 SpA).
L’analyse univariée ne retrouvait pas de corrélation entre l’âge, le sexe, l’indice de masse corporelle, le périmètre abdominal, la consommation tabagique et les paramètres de l’activité de la maladie (EVA fatigue / douleur / maladie, DAS 28 VS, BASDAI, ASDAS).
Une corrélation positive a été retrouvée entre la répercussion de la maladie sur le travail et les EVA douleur (p<0,001), fatigue (p<0,001), maladie (p<0,001), DAS 28 VS (p<0,001) dans la PR, ASDAS (p<0,001) et BASDAI (p<0,001) dans la SpA.
Le lien de causalité n’a pas été retrouvé entre l’activité du RIC et les arrêts de travail.

Conclusion

Le mauvais contrôle de l’activité du RIC a une répercussion non négligeable sur la vie professionnelle des patients mais surtout impacte sur la perception des difficultés dans le travail.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM