Poster électronique

Ma.183 - Étude des variations de la calprotectine sérique chez les patients atteints de lupus érythémateux systémique
K Djenouhat (1); O Ibsaine (1); A Ait Kaci (1); I Bedioune (2); M Boucelma (1); F Haddoum (1); - (1) Alger - Algerie; (2) Setif - Algerie;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 51 fois.
Résumé
Introduction

La calprotectine ou la S100A8/9 est un médiateur pro-inflammatoire important qui s’individualise par sa synthèse, extra-hépatique principalement. Sa concentration fécale est considérée pendant longtemps comme un paramètre biologique idéal pour différencier les pathologies inflammatoire de l'intestin des affections intestinales non inflammatoires. À ce jour, peu de travaux ont porté sur les variations sériques de cette protéine dans les maladies auto-immunes. L’objectif de notre travail préliminaire est de déterminer la concentration sérique de la calprotectine et d’étudier sa signification chez les patients atteints de lupus érythémateux systémique (LES).

Patients et Méthodes

Le dosage de la calprotectine sérique chez 72 patients lupiques remplissant au moins quatre critères de l’ARA et chez 26 sujets témoins est réalisé par méthode immuno-enzymatique de type ELISA Sandwich en respectant les recommandations du fournisseur (Htd, pays bas).

Résultats

Une augmentation de la concentration sérique de la calprotectine est montrée chez les patients lupiques par rapport à la population témoin (p<0.02). Après stratification des malades en fonction de l’état d’activité de la maladie, une élévation statistiquement significative de cette protéine est mise en évidence chez le groupe en poussée par rapport à celui en phase de rémission (p<0.001). En plus des attaques liées au système du complément nos résultats mettent en exergue la place qu’occupe le polynucléaire neutrophile comme un des acteurs jouant un rôle primordial dans le mécanisme lésionnel des atteintes systémiques observées dans le lupus.

Conclusion

En absence d’une inflammation générée par des situations pathologiques, autres que le lupus, comme les infections, nous pouvons conclure que la calprotectine peut occuper une place dans le suivi du LES. Sur le plan fondamental, l’augmentation de cette protéine pourrait être le reflet d’une exacerbation des lésions du fait que les polynucléaires neutrophiles sont aussi mobilisés par les produits d’activations du complément.

remonter
51
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM