Poster électronique

Ma.121 - Prévalence des traitements hypo-uricémiants chez des patients hospitalisés en rhumatologie et évaluation du respect des indications selon les recommandations de l’ACR 2012
C Banse (1); F Grados (2); S Paupiere (2); P Fardellone (2); V Goeb (2); J Paccou (2); - (1) Rouen - France; (2) Amiens - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 22 fois.
Résumé
Introduction

La prévalence de la goutte dans la population générale est estimée entre 1 et 2%. Les dernières recommandations de l’ACR 2012 précisent les indications des traitements hypouricémiants (THU) dans la prise en charge des patients goutteux. L’objectif de notre étude a été d’évaluer la prévalence des THU chez des patients hospitalisés en rhumatologie ainsi que le respect des recommandations.

Patients et Méthodes

Etude monocentrique et transversale, avec recueil prospectif des données, réalisée entre juillet 2012 et juillet 2013. Tous les patients hospitalisés dans le service de rhumatologie ont bénéficié le jour de leur entrée d’une évaluation de leur traitement habituel avec recherche de prescription éventuelle d’un THU et du motif de cette prescription (interrogatoire du patient, lecture intégrale du dossier médical et appel du médecin traitant). En cas de THU, la pertinence de cette prescription a été évaluée en accord avec les recommandations de l’ACR 2012. Les comorbidités cardiovasculaires (CCV) ont été colligées ainsi que les antécédents personnels d’événement cardio-vasculaire. Il a été aussi relevé si la fonction rénale et l’uricémie étaient mesurées au cours de l’hospitalisation.

Résultats

Sur 744 patients hospitalisés en rhumatologie, 26 (3,4%) étaient sous THU à leur entrée (22 hommes, âge moyen de 70 ±10,5 ans) dont 20 sous allopurinol et 6 sous febuxostat. Vingt-cinq prescriptions de THU relevaient du médecin traitant. Seuls 2 patients sur 26 étaient hospitalisés en raison d’un épisode goutteux et tous les autres pour un motif sans rapport avec la goutte. Dans 15 cas (57%), cette prescription de THU était en accord avec les recommandations de l’ACR 2012 contrairement aux 11 autres cas avec 10 prescriptions de THU pour une hyperuricémie asymptomatique et 1 prescription pour une crise de goutte isolée. Seuls 17 patients sur les 26 ont eu un dosage de l’uricémie au cours de leur hospitalisation avec un objectif atteint pour seulement 13 d’entre eux (uricémie < à 360 µmol/l) et une uricémie moyenne de 321 ±95 µmol/l. Par ailleurs, la posologie de l’allopurinol n’était pas adaptée à la fonction rénale chez 3 patients. Les CCV les plus fréquentes étaient les suivantes : 73,0% d’HTA, 46,0% d’hypercholestérolémie, 34,6% d’obésité et 26,9% de diabétique. Un antécédent personnel de cardiopathie ischémique a été retrouvé chez 3 patients par ailleurs.

Conclusion

Dans cette étude, la prévalence des THU chez des patients hospitalisés en rhumatologie était de 3,6% (26 patients sur 744). Le THU était prescrit en dehors des recommandations de l’ACR 2012 pour 43% des patients et le plus souvent en raison d’une hyperuricémie asymptomatique.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM