Poster électronique

Ma.130 - Évolution favorable sous tériparatide d’une ostéonécrose de la machoire induite par les bisphosphonates : à propos d’une observation
V Pécourneau (1); C Moyano (1); M Beldjerd (1); J Bernard (1); T Billey (1); S Lassoued (1); - (1) Cahors - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 54 fois.
Résumé
Introduction

L’ostéonécrose maxillaire (ONM) est une complication rare mais grave rencontrée lors des traitements par les bisphosphonates ; son traitement reste difficile et long. Le tériparatide est une hormone recombinante constituée des 34 acides aminés de la parathormone, indiquée dans le traitement de l’ostéoporose. Il favorise la formation osseuse en augmentant la différenciation ostéoblastique et en inhibant la sécrétion de sclérostine. Nous rapportons l’observation d’une évolution favorable sous tériparatide d’une ONM.

Observation

Une femme de 84 ans a été hospitalisée pour une vascularite à ANCA anti MPO positifs, diagnostiquée en 2009, avec atteinte neurologique, cutanée et rénale. Elle a bénéficié d’une corticothérapie à fortes doses (1 mg/kg/jour initialement puis décroissance jusqu’à 20 mg/jour). Une densitométrie osseuse retrouvait un T-score à -3 en L1 et à -1,2 au niveau du col fémoral (moyenne) avec 2 fractures vertébrales en T11 et L4. Un traitement par alendronate, 70 mg une fois par semaine, est débuté en juin 2009, avec une supplémentation vitamino-calcique. Alors qu’un traitement par rituximab associé à la corticothérapie avait été initié, la patiente a présenté un écoulement maxillaire en mai 2010, suite à une extraction dentaire. Un scanner retrouvait une ostéolyse avec un effacement de la corticale médiale antérieure et postérieure des parois sous maxillaires gauches (photo1). Un traitement par antibiothérapie a été institué et le traitement par alendronate suspendu. Au vu des fractures vertébrales ostéoporotiques, le tériparatide est introduit à la dose de 20 micro-grammes, une injection sous cutanée par jour, associé à une supplémentation vitamino-calcique. Le traitement par tériparatide a été poursuivi pour une durée totale de 18 mois. La corticothérapie est maintenue à la dose de 10 mg/jour. A J + 3 mois, l’écoulement maxillaire s’est tari. Les antibiotiques ont été poursuivis jusqu’à J + 4 mois. Des contrôles scanographiques réalisés tous les 3 mois ont montré une reconstruction osseuse avec régression de l’ostéolyse (photo 2).

Conclusion

Le tériparatide est un traitement de référence dans l’ostéoporose fracturaire trabéculaire. Différents travaux ont montrés son intérêt dans le traitement et la reconstruction osseuse de l’ONM1,2. Cette pathologie se caractérise à la fois par une ostéolyse et une infection du maxillaire. Le tériparatide pourrait avoir un effet bénéfique par son action sur la formation osseuse mais également par son action stimulante sur les lymphocytes T CD8+. L’effet combiné du tériparatide sur l’inhibition de la sécrétion de la sclérostine et sur la stimulation de la voie Wnt expliquerait l’évolution bénéfique sur les ONM. Ces données mériteraient des études complémentaires pour éventuellement proposer un traitement standardisé de cette complication des bisphosphonates par le tériparatide.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM