Poster électronique

Ma.21 - Complications neurologiques des spondylodiscites infectieuses
N Elamri (1); K Baccouche (1); Z Alaya (2); S Belghali (1); H Zeglaoui (2); I Tarmiz (1); E Bouajina (1); - (1) Sousse - Tunisie; (2) Sousse - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 91 fois.
Résumé
Introduction

La spondylodiscite infectieuse est une infection disco-vertébrale potentiellement grave en rapport avec ses complications en particulier neurologiques.
Le but de cette étude est de décrire les différentes manifestations neurologiques des spondylodiscites infectieuses dans une série de 78 patients.

Patients et Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective portant sur 78 cas de spondylodiscite infectieuse colligés durant une période de 15 ans [1998-2013]. Le diagnostic a été retenu en se basant sur des données cliniques, biologiques, radiologiques et bactériologiques.

Résultats

Notre population se compose de 50 hommes (64,1%) et de 28 femmes (35,9%) avec un âge moyen de 59,2 ans [18-84]. La spondylodiscite était lombaire dans 66,6% des cas, dorsale dans 26,9% des cas et cervicale dans 8,5% des cas. Une atteinte multifocale était objectivée dans 11,5% des cas. Les germes incriminés étaient la tuberculose (44,9%) suivie par et les germes pyogènes (29,5%) et la brucellose (20,9%). L’atteinte neurologique était fréquente et touchait 55,9% des cas. Elle était à type de radiculalgies dans 55,1% des cas. Les lombosciatiques étaient la manifestation la plus fréquente et touchait 30,8% des patients. Elles étaient unilatérales dans 33,3% des cas et bilatérales dans 66,6% des cas, de types L5 dans 12,5%, S1 dans 20,8%, tronquée dans 37,5%, et mal systématisée dans 29,1% des cas. Les cruralgies étaient observées dans11, 5% des cas. Les névralgies intercostales étaient objectivées dans 6,4% de même les névralgies cervico-brachiales. Les troubles de la marche étaient notés dans 33,3% des cas. Les signes déficitaires étaient à type de déficit moteur dans 20,5% des cas et de déficit sensitif dans 9% des cas. Les troubles vésico-sphinctériens étaient observés dans 10,3% des cas. Une incontinence vésicale, une rétention urinaire et une incontinence anale touchait respectivement 6,4%, 2,6% et 5,1% des patients. Un tableau clinique de compression médullaire est survenu dans 9% des cas. Cependant la compression médullaire radiologique objectivée par l’IRM médullaire était plus fréquente et touchait 15,4% des cas. On n’a pas établit une liaison statistiquement significative entre la survenue de signes neurologique et le siège de la spondylodiscite (p = 0,1) ou le type de germe (p = 0, 4).

Conclusion

L’atteinte neurologique est fréquente dans notre étude et touchait la moitié de nos patients. Elle était essentiellement à type de radiculalgies, de déficit moteurs et de troubles vésico-sphinctériens.

remonter
45
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM