Poster électronique

Lu.134 - Lecture des radiographies standards des sacro-iliaques : concordance entre la pratique clinique et la lecture centralisée après formation dans la cohorte DESIR (devenir des spondylarthropathies indifférenciées récentes)
R Van Den Berg (1); M Gavrel (2); G Lenczner (2); A Feydy (3); D Van Ver Heijde (1); M Reijnierse (1); A Saraux (4); M Dougados (3); P Claudepierre (2); - (1) Leiden - Pays-Bas; (2) Créteil - France; (3) Paris - France; (4) Brest - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 35 fois.
Résumé
Introduction

En pratique quotidienne, les radiologues/rhumatologues étudient les articulations sacro iliaques sur des radiographies standards. L'identification fiable d'une sacro-illite est difficile comme en attestent les importantes divergences inter/intra observateurs, même lorsque ceux-ci sont entrainés. Jusqu’ici dans les études cliniques, les clichés sont lus par au moins un investigateur. Dans la cohorte DESIR, les radiographies à l’inclusion ont d’abord été interprétées par l’investigateur local (radiologue ou rhumatologue) puis ont été relues de manière centralisée par des lecteurs entrainés1. Nous avons comparé l’interprétation des clichés faite de manière locale et centralisée dans le diagnostic de sacro-iliite.

Matériels et Méthodes

Les patients agés de 18 à 50 ans présentant des rachialgies inflammatoires (depuis au moins 3 mois et moins de 3 ans) ont été inclus dans la cohorte DESIR (n = 708). Les radiographies des sacro-iliaques à l’inclusion ont été lues par les investigateurs locaux à la lumière des données cliniques, selon les critères modifiés de New-York (mNY) 2. Les grades 2 et 3 (mNY) ont été regroupés en 1 grade « DESIR-2 ». Dans l'évaluation locale, la sacro-illiite a été défini par au moins une articulation ≥ DESIR-2. Ensuite, les clichés ont été relus de manière centralisée par 2 lecteurs indépendants, en aveugle des critères cliniques, selon les critères originaux de NY. En cas de désaccord entre eux, un radiologue expérimenté tranchait. La sacro-illite était retenue si 2/3 lecteurs s’accordaient sur 2 articulations ≥ grade 2 ou 1 articulation > grade 3. Nous avons comparé l’adéquation entre d'une part les 2 lecteurs centraux et d'autre part entre la lecture locale et centralisée (kappa, % d’accords).

Résultats

689 patients ayant les radiographies disponibles ont été inclus. Le taux de concordance inter-lecteur en centralisé est modéré (k = 0.54), bien que le pourcentage d’accord soit élevé (84.3%), le faible kappa pouvant être en partie expliqué par le taux élevé de clichés de sacro-iliaque normaux. Le troisième radiologue dut relire 108 clichés sur 689 du fait d’un désaccord entre les deux interprétations. La comparaison entre la lecture locale et centralisée montre des taux similaires de concordance (k = 0.54, 83.3%) . De plus, un taux plus élevé de sacro-illite a été retrouvé par les lecteurs locaux (n = 184) par rapport à la lecture centralisée (n = 145). Chez 77 patients, les sacro-iliaques ont été interprétées comme remaniées alors qu’elles étaient considérées normales en lecture centralisée ; l’inverse était constaté pour 38 patients.

Conclusion

La concordance entre les lectures locales et centralisées, de même que la concordance inter-lecteurs en centralisé sont modérées, traduisant bien le fait que le diagnostic de sacro-illite au stade précoce est difficile. Chez les patients présentant des rachialgies inflammatoires récentes, la lecture centralisée par des lecteurs formés n’apporte rien de plus pour le diagnostic de sacro-illite par rapport aux radiologues/rhumatologues en local, confirmant que la prise en compte des radiographies des sacro-iliaques comme critère diagnostic de la spondylarthrite ankylosante doit être réévaluée.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM