Poster électronique

Di.13 - Intérêt de l'échographie ostéo-articulaire dans le diagnostic de chondrocalcinose articulaire
E Contant (1); C Fortunet (1); P Ornetti (1); A Bohm (1); JF Maillefert (1); - (1) Dijon - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 33 fois.
Résumé
Objectif

évaluer l'intérêt de l'échographie ostéoarticulaire dans le diagnostic de chondrocalcinose articulaire (CCA) en utilisant comme gold standard diagnostique la ponction articulaire et l'avis d'un collège d'experts.

Patients et Méthodes

les patients vus dans le service de rhumatologie du CHU de Dijon pour une mono, oligo ou polyarthrite indifférenciée avec une articulation ponctionnable (toutes articulations confondues) ont été inclus prospectivement d’octobre 2012 à août 2013 et ont bénéficié d’explorations radiologiques (bassin, genoux, poignets, pieds) et d’une analyse du liquide articulaire par microscope optique à lumière compensée. L’évaluation échographique était basée sur les recommandations de l’European League Against Rheumatism (EULAR) et concernait les articulations suivantes : les poignets, la symphyse pubienne, les hanches, les 1e métatarsophalangiennes, les genoux, ainsi que les articulations préalablement ponctionnées ou sièges d’une arthrite au moyen d’un appareil Esaote Mylab 70XVG équipé d’une sonde de 10-18 Mhz. Les critères échographiques de CCA étaient basés sur ceux de Frediani. L’échographie et l’analyse du liquide ont été faites en aveugle des autres données.

Résultats

47 patients (34 hommes, 13 femmes, âge moyen = 68.7 +/- 14.5 ans) ont été inclus. 28 patients présentaient une monoarthrite, 14 une oligoarthrite et 5 une polyarthrite. 30 patients avaient des symptômes évoluant depuis moins d’un mois. Le diagnostic établi par le collège d’experts avant le résultat échographique était une goutte chez 8 patients, une CCA chez 17, l’association d’une goutte et d’une CCA chez 5. Les autres diagnostics retenus étaient une polyarthrite rhumatoïde (n = 4), une arthrite septique (n = 4), une hydarthrose post traumatique (n = 2), un rhumatisme inflammatoire indifférencié (n = 3), une poussée d’arthrose (n = 3), une pseudo polyarthrite rhizomélique (n = 1). En employant comme gold standard la ponction articulaire et en prenant en compte l’articulation ponctionnée, la sensibilité de l’échographie était de 83.3%, la spécificité de 56.5%, la valeur prédictive positive (VPP) de 66.7% et la valeur prédictive négative (VPN) de 76.5%. En utilisant l’avis d’un collège d’experts, la sensibilité de l’échographie était de 87.0%, la spécificité de 58.3%, la VPP de 66.7% et la VPN de 82.3%.

Conclusion

l’échographie pourrait être plus utile en pratique courante, en particulier pour écarter le diagnostic de CCA. Toutefois, nos résultats suggèrent qu’elle doit plutôt intervenir dans le diagnostic en tant qu’élément complémentaire plutôt qu’en tant que « juge de paix ». D’autres études sont nécessaires pour améliorer la spécificité.

remonter
62
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM