Poster électronique

Di.140 - Cervicalgies chroniques et anxiété - dépression : prévalence et facteurs de risque associés
I Elbinoune (1); B Amine (1); S Shyen (1); S Gueddari (1); N Mawani (1); M Ezzahri (1); N Hajjaj-Hassouni (1); - (1) Rabat - Maroc;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 62 fois.
Résumé
Introduction

La douleur chronique en rhumatologie engendre souvent un retentissement psychique, pouvant aggraver le vécu quotidien des patients. La cervicalgie chronique, en est un exemple, elle constitue un motif de consultation fréquent.
Notre objectif est d'évaluer la prévalence de l’anxiété et de la dépression chez des patients cervicalgiques, et de déterminer les facteurs de risque associés à ces deux paramètres psychologiques.

Patients et Méthodes

Etude transversale portant sur 80 patients souffrant de cervicalgies évoluant depuis plus de 3 mois, et vus lors des consultations de rhumatologie à l’hôpital El Ayachi à Salé. On a exclu, de l’étude, tout patient ayant une douleur cervicale d’origine inflammatoire ou un antécédent psychique ou recevant un traitement psychotrope. Pour chaque patient, on a déterminé les caractéristiques sociodémographiques : âge, sexe, niveau culturel, statut marital, profession, nombre d’heures de travail par jour et activité physique exercée, et cliniques : la douleur, la gêne fonctionnelle et l’handicap sur une échelle visuelle analogique (EVA). L’humeur anxieuse et dépressive a été évaluée par l’echelle Hospital Anxiety and Depression (HAD) qui permet de dépister les troubles anxieux et dépressifs. Elle comporte 14 items cotés de 0 à 3 : Sept se rapportent à l’anxiété (total A) et sept autres se rapportent à la dépression (total D). La note maximale de chaque score étant égale à 21. Si le score HAD (A) est > 10, le patient est considéré anxieux, et si le score HAD (D) > 8, le patient est considéré déprimé. Le soutien physicopsychique a été évalué par une question unique dont la réponse était oui ou non. L’analyse statistique a été faite par un logiciel SPSS 18 pour évaluer les caractéristiques descriptives et l’association entre le HAD et les items étudiés.

Résultats

Sur les 80 patients, 67 (83,80%) sont des femmes. L’âge moyen de notre population est de 51,76 ans ±11,78 [25 ; 74]. La médiane de la durée d’évolution des symptômes est de 24 mois [12, 48]. La moyenne de l’EVA douleur est de 63,87% ± 12,47, la moyenne de l’EVA gêne fonctionnelle est de 60,87% ± 14,24 et celle de l’EVA handicap est de 59,75% ± 14,66. Le nombre de patients en activité professionnelle est de 65 (81,30%) avec une moyenne d’heures de travail par jour de 7,52 heures ± 1,96. Parmi les 80 malades recrutés, 32 (40%) sont analphabètes et 18 (22,50%) ont un niveau universitaire. Le célibat est noté chez 6 (7,50%) cervicalgiques. Un état d’anxiété est retrouvé chez 54 (68,4%) et 44 (55,7%) des patients ont un état dépressif. Un niveau d’études bas a une relation statistiquement significative avec l’anxiété (p = 0,04 ; Expβ = 6 ; CI95% : 1,03 - 34,84) et avec la dépression (p = 0,03 ; Expβ = 5 ; CI95% : 1,09 - 22,82). L’EVA handicap est statistiquement liée à l’anxiété (p = 0,01 ; Expβ = 1,04 ; CI95% : 1,009 – 1,085). Les névralgies cervicobrachiales sont significativement associées à la dépression (p = 0,01 ; Expβ = 0,3 ; CI95% : 0,10 – 0,83). L’anxiété et la dépression sont deux facteurs psychologiques statistiquement liés avec un p = 0,002.

Conclusion

Notre étude suggère que l’handicap engendré par les cervicalgies chroniques peut avoir un retentissement psychique parfois important, et que ceci serait plus important avec un niveau d’instruction bas. D’autres études plus larges sont nécessaires pour évaluer les autres facteurs de risque probablement liés à l’anxiété et à la dépression chez les cervicalgiques.

remonter
158
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM