Poster électronique

PC.13 - La structure des glandes salivaires des patients ayant un syndrome de Sjögren s’améliore en échographie, mais pas en anatomopathologie après un traitement par rituximab
S Jousse Joulin (1); V Devauchelle Pensec (1); D Cornec (1); S Gestin (1); L Bressolette (1); T Marhadour (1); JO Pers (1); E Nowak (1); A Saraux (1); TEARS - (1) Brest - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 36 fois.
Résumé
Introduction

Les anti-CD-20 ont une efficacité clinique réelle mais modeste (étude TEARS) dans le Sjogren primitif (pSS) récent et/ou systémique.La mise au point d'autres méthodes d'évaluation, notamment échographiques, pourrait permettre une évaluation des atteintes structurales liées à la maladie. Le but de ce travail a été d’évaluer par échographie et anatomopathologie dans l’essai TEARS les conséquences du traitement par rituximab (RTX) sur la structure des glandes salivaires.

Patients et Méthodes

L’étude TEARS est un essai randomisé double aveugle RTX (2 perfusions de 1g à 15 jours d’intervalle) versus placebo (PBO). 122 patients ayant un pSS remplissant les critères Américano-Européens et une forme soit récente (moins de 10 ans), soit systémique, avec des critères biologiques d’activité de la maladie [Auto anticorps (SSA or RF) ou cryoglobulinaemie, ou hypergammaglobulinémie, ou beta 2-microglobulinémie élevée ou hypo-complementémie] et une gêne suffisante pour avoir besoin d’être traités (au moins deux des 4 échelles de sécheresse, fatigue, douleur et globale ≥50/100) ont été inclus et suivi 24 semaines. 28 patients d’un seul centre ont eu un examen echographique et 35 ont eu une biopsie des glandes salivaires juste avant leur perfusion (placebo ou RTX) puis 24 semaines après le traitement. L’échostructure des deux parotides et des deux sous maxillaires a été évaluée de façon semi quantitative (0 to 4) par échographie mode B et la vascularisation selon l’indice de résistance de l’artère faciale dans la parotide avant et après stimulation par jus de citron. Les différences de taille (mm), d’indice de résistance avant et après traitement dans les groupes RTX et PBO ont été comparées par test de Wilcoxon. La comparaison de la proportion de patients améliorés en échographie et en anatomopathologie (focus score et Chisholm) d'au moins un grade sous RTX et PBO a été faite par Fisher exact test.

Résultats

Le score d’échostructure parotidien évalué par échographie mode B a été amélioré chez 50% des patients traités par RTX contre 7% dans le groupe PBO (p = 0.03). Le score d’échostructure sous maxillaire a été amélioré chez 35% des patients traités par RTX contre 16% sous PBO (p = 0.16). Il n’y a pas eu de changement de taille ou d’indice de résistance. Le focus était plus bas après traitement chez 3 patients sur 10 dans les deux groupes. 3 patients sur 18 ont eu une amelioration du score de Chisholm sous PBO contre 2/17 sous RTX (NS). La concordance entre les scores échographiques et anatomopathologiques était faible (kappa<0.1).

Conclusion

L’échographie objective une amélioration de l’échostructure des glandes salivaires de patients porteurs d’un pSS après traitement par RTX, alors que la taille, la vascularisation, le focus score, le score de Chisholm ne sont pas modifiés.

remonter
157
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM