Poster électronique

Di.153 - Fréquence de néoplasies d’après une cohorte italienne de patients atteints de sclérose systémique
KI Bourji (1); P Miatton (1); E Pigatto (1); E Zanatta (1); M Favaro (1); E Perissinotto (1); F Cozzi (1); L Punzi (1); - (1) Padova - Italie;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 25 fois.
Résumé
Introduction

Le risque de néoplasie chez les patients atteints de sclérose systémique (SSc) est encore objet de débat, stimulé par la présence chez ces sujets de certains facteurs de risque, tels que la fibrose pulmonaire, l’œsophage de Barrett et la thérapie avec immunosuppresseurs. Pour cela, nous avons cru utile d’effectuer une étude rétrospective afin d’analyser les données des patients atteints de SSc suivis par le Service de Rhumatologie de l’Université de Padoue (Italie) pendant les 30 dernières années.

Patients et Méthodes

A partir de 1982 nous avons observé 589 patients atteints de SSc, 513 femmes et 76 hommes d’un âge moyen de 46,9 ± 14,1 ans à l’époque du diagnostic. 424 patients (72%) présentaient la forme limitée (lcSSc) et 165 (28%) la forme diffuse (dcSSc) de la maladie. Les anticorps ANA étaient positifs chez 574 patients (97,5%), avec une spécificité ACA dans 253 cas (43%), anti Scl70 dans 194 cas (33%), anti RNA polymérase III dans 65 cas (11%).
Les caractéristiques démographiques des patients ayant développé une néoplasie ont été comparées aux caractéristiques générales de la cohorte ; les corrélations entre les sousgroupes de la maladie et les néoplasies ont été recherchées en appliquant le test du Khi carré ou bien le test exact de Fisher. La fréquence des néoplasies auprès de la cohorte a été calculé à l’aide du Taux d’Incidence Cumulative et elle a été comparée à celle de la population générale. On a calculé le risque relatif général et le risque pour les néoplasies les plus fréquentes.

Résultats

Nous avons identifié 66 néoplasies (11,24%) apparues après le diagnostic de SSc, 55 patients étaient de sexe féminin, 11 de sexe masculin, d’un âge moyen de 49,3 ± 11,1 ans au moment du diagnostic de SSc et d’un âge moyen de 59,77 ± 12,1 ans au moment du diagnostic de la néoplasie ; la forme lcSSc dans 38 cas (54,5%), dcSSc dans 28 cas (42,4%) ; les ANA étaient positifs dans tous les cas, avec une spécificité ACA dans 26 cas (39,4), anti-Scl70 dans 22 cas (33,3%), anti-RNA polymérase III dans 6 cas (9,1%).
Les néoplasies les plus fréquentes ont été la mammaire (36%), la pulmonaire (20%) et celles des reins et des voies urinaires (12%). Une corrélation statistiquement significative est apparue entre les néoplasies et la forme cutanée diffuse de la maladie (p = 0.006).
Une augmentation statistiquement significative de néoplasie dans la cohorte des patients atteints de SSc a été relevée par rapport à la population de notre région (Vénétie) aussi bien en général (RR = 3,58) que surtout pour les néoplasies les plus fréquentes : pulmonaire (RR = 49,57), mammaire (RR = 4,07), du rein et des voies urinaires (RR = 7,38).

Conclusion

Dans une vaste cohorte de patients atteints de SSc suivis par un seul Centre italien nous avons relevé une incidence de néoplasies proche des pourcentages les plus élevés de la littérature. Les néoplasies prévalentes ont été le carcinome mammaire et le carcinome du poumon.
Une corrélation significative a été retrouvée entre l’apparition des néoplasies et la forme dcSSc. Le taux d’incidence cumulative des néoplasies dans la cohorte étudiée est significativement majeur par rapport à celui de la population de la Vénétie, et semble identifier une augmentation du risque aussi bien en général que pour les néoplasies les plus fréquentes.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM