Poster électronique

Di.177 - L’échographie ostéo-articulaire chez les patients hospitalisés réoriente le diagnostic et améliore la prise en charge globale : une étude descriptive en hospitalisation traditionnelle
S Durieux Mehlman (1); AC Rat (2); C Villoutreix-Claudel (1); M Nicolas (1); C Rose (1); M Pizzuti (1); J Cohen-Solal (1); P Breville (1); G Rajzbaum (1); - (1) Paris - France; (2) Vandoeuvre-Lès-Nancy - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 21 fois.
Résumé
Introduction

L’échographie ostéoarticulaire est devenue un outil incontournable pour le rhumatologue. Cependant peu de travaux ont décrit l’impact pratique de l’examen réalisé en hospitalisation. Le but principal était de montrer l’apport de l’échographie dans la prise en charge des patients en hospitalisation en rhumatologie.

Patients et Méthodes

Tous les patients admis dans un service d’hospitalisation traditionnelle et pour lesquels une échographie était prescrite, ont été inclus consécutivement entre janvier et mars 2013. Les motifs de demande, les données cliniques du patient, les réponses apportées par l’examen ont été recueillies. Les lésions élémentaires articulaires (épanchement, synovite, doppler) et extra-articulaires (tenosynovite, tendinopathie, calcification, double contour) ont été étudiées selon les sites indiqués par le clinicien (main, coude, épaule, hanche, genou, pied). Au décours de l’échographie, l’apport de l’examen dans la prise en charge a été évalué par les cliniciens prenant en charge le patient en salle.

Résultats

64 patients ont été inclus (35 femmes) dont 35,9% admis par les urgences. Le contexte clinique était inflammatoire (73,4%), mécanique (35,9%), ou infectieux (14,1%). La VS moyenne était de 37 mm (DS : 40,7), la CRP moyenne de 66 mg/l (DS : 80,5), et l’uricémie moyenne (n = 21) de 399,3 mg/l (DS : 140,8). Des radiographies étaient disponibles pour 52 patients (82,5%). Les indications de l’examen et les questions posées étaient : 98,4% des cas pour précision de l’examen clinique, 67,2% pour confirmation de l’impression clinique, 51,6% pour confirmation de l’indication et/ou la réalisation d’un geste, 34,4% pour recherche d’un double contour, et 51,6% pour évaluation de l’activité inflammatoire du rhumatisme. Le nombre médian de sites explorés par l’échographie était de 4 (extrèmes 1-12 ). Le nombre médian de lésions élémentaires articulaires identifiées était de 1 (extrèmes 0-19), et le nombre médian de lésions extra-articulaires de 0 (extrèmes 0-6). Un double contour significatif a été trouvé dans 57,1 % des cas (n = 28). Dans 85,9% des cas, le clinicien a jugé que l’échographie apportait une aide à la prise en charge globale du patient avec une précision sur le diagnostic lésionnel (95,3% des cas) et une aide à la réalisation d’un geste (29,7% des cas). Dans 34,4% des cas, un changement du diagnostic initial était fait. Des modifications thérapeutiques (n = 30), ou une prescription d’imagerie complémentaire (n = 11) ont été également rapportées.

Discussion

Ces résultats ont montré que l’échographie est très utile en hospitalisation. Réalisée rapidement au lit du patient, elle améliore la précision du diagnostic, voir aide à une ré-orientation efficace en cas de doute, notamment chez les patients admis en urgence ou en situation de mauvais équilibre thérapeutique.

Conclusion

L’échographie en rhumatologie, en particulier à l’hopital, permet de préciser le diagnostic lésionnel dans 95% des cas, mais surtout d’améliorer la prise en charge globale du patient en orientant un geste, en évaluant l’activité inflammatoire au cours des rhumatismes inflammatoires et dans 1/3 des cas, en ré-orientant le diagnostic initial proposé.

remonter
157
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM