Poster électronique

Lu.161 - Maladie de Takayasu associée à la spondylarthrite : mode de révelation et particularités cliniques - à propos de 10 cas
E Rivière (1); L Arnaud (1); M Ebbo (2); Y Allanore (1); P Claudepierre (3); E Dernis (4); JM Ziza (1); X Mariette (5); C Miceli Richard (5); S Pavy (5); Club Rhumatismes et Inflammations - (1) Paris - France; (2) Marseille - France; (3) Créteil - France; (4) Le Mans - France; (5) Kremlin-Bicêtre - France;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 31 fois.
Résumé
Introduction

L’association entre spondyloarthrite et Maladie de Takayasu reste rare mais a déjà été décrite à plusieurs reprises dans la littérature. Cette association n’est probablement pas fortuite et il pourrait exister un facteur commun impliqué dans ces deux pathologies qui n’a pas pu être identifié en raison du faible nombre de données disponibles.
Objectif : Recenser et étudier les particularités cliniques des patients atteints de spondyloarthrite et de Maladie de Takayasu. Rechercher des signes et des symptomes qui doivent alerter le clinicien sur la présence d’une atteinte vasculaire inflammatoire associée.
Méthode : Recensement des cas par appel à observations grâce au site du Club Rhumatisme et Inflammation (CRI). Le recueil des données a été effectué par un questionnaire préalablement établi et validé par les investigateurs.

Résultats

Nous avons recueilli 10 observations de patients présentant ces 2 pathologies. Il s’agissait en majorité de femmes (8cas/10), l’âge moyen au diagnostic de spondyloarthrite était de 36 ans. Il s’agissait de SPA (7/10), rhumatisme psoriasique (2/10) et SAPHO (1/10). L'un des patients présentait également une RCH, un autre présentait une maladie de Crohn. Les patients étaient HLA B27 positif dans 3 cas/10, négatif dans 5/10 et inconnu dans 2/10. L’âge au diagnostic de la Maladie de Takayasu était en moyenne de 43 ans et, dans 8 cas/10, le diagnostic de spondyloarthropathie précédait celui de l’artérite, en moyenne de 9 ans. Dans tous les cas, il existait, au cours de la maladie, un syndrome inflammatoire biologique (CRP augmentée jusqu’ à 180 mg/L) qui constituait un mode de révélation dans 4 cas sur 10. Les autres modes de révélations étaient : diminution d’un pouls 2/10, claudication d’un membre supérieur (2/10), souffle vasculaire (1/10), thrombose radiale (1/10). Dans 5 cas/10, un anti TNF a été introduit chez ces patients et 3 patients sur 10 ont nécéssité une prise en charge en chirurgie vasculaire.

Conclusion

Ces observations soulignent l'importance de réaliser un examen clinique vasculaire complet chez les patients atteints de spondyloarthrite, à la recherche d'une artérite inflammatoire associée sous-jacente. Par ailleurs, la persistance d’un syndrome inflammatoire biologique chez un patient bien contrôlé au plan articulaire doit également faire évoquer ce diagnostic.

remonter
54
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM