Poster électronique

Di.78 - Évolution des arthrites inclassables
D Amri (1); K Baccouche (1); S Belghali (1); Z Alaya (1); H Zaglaoui (1); M Bouzaouech (1); I Ben Smida (1); N Bagane (1); E Bouajina (1); - (1) Sousse - Tunisie;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 28 fois.
Résumé
Introduction

L'arthrite est une inflammation aigue ou chronique des articulations. Un des défis principaux en rhumatologie est de détecter l'arthrite à un stade très précoce. Après avoir éliminé une urgence articulaire (arthrite infectieuse), l’objectif sera de rechercher et confirmer le diagnostic de rhumatisme inflammatoire par la recherche d'une série de signes cliniques et la réalisation d'examens para cliniques.

Patients et Méthodes

Etude rétrospective portant sur 71 patients suivis pour arthrite d’origine indéterminée, dans un service de rhumatologie sur une période de 15 ans (1998-2013).

Résultats

Il s'agit de 38 femmes et 33 hommes d'âge moyen 40 ans (10-73 ans). Les comorbidités par ordre de fréquence sont : une hypertension artérielle dans 7 cas (9%), un diabète dans 6 cas (8%) et une dyslipidémie dans 4 cas (5%). Le motif d'hospitalisation est une mono arthrite dans 34 cas (47,9%), une oligoarthrite dans 26 cas (36,6%) et une polyarthrite dans 11 cas. L'évolution est chronique dans 41 cas (57,7%), aigue dans 18 cas (25,4%) et subaigüe dans 12 cas (16,9%), évoluant d’un seul tenant dans 61 cas (85,7%) et par poussée dans 10 cas (14,1%). Une fièvre est retrouvée dans 13 cas (18,3%). Des signes associés extra articulaires sont retrouvés dans 9 cas à type d’aphtose buccale, de xérophtalmie et de xérostomie dans 2 cas chacune. Un psoriasis cutané dans 1 cas et un syndrome de Raynaud dans un cas. Un syndrome inflammatoire biologique est noté chez 42 patients (59,1%). Les sérologies virales étaient négatives dans les formes aigues. Les radiographies standards ont montré des signes de destruction articulaire dans 14 cas (19,7%). La ponction de liquide articulaire pratiquée dans 20 cas avait objectivé un liquide inflammatoire aseptique sans présence de microcristaux. Le bilan immunologique (facteur rhumatoïde, anticorps anti CCP et anticorps anti nucléaire) était négatif dans tous les cas. On a eu recours à une biopsie synoviale dans deux cas. Sur le plan thérapeutique, 33 patients ont été mis sous AINS, 15 sous antalgique, et 12 sous corticothérapie a faible dose. Une amélioration sous traitement symptomatique a été note chez 42 patients (59,2%). Le diagnostic posé après un recul moyen d'une année (3 mois à 12 ans) est une spondyloarthropathie dans 4 cas (5,6%), une polyarthrite rhumatoïde dans 2 cas (2.8%), un lupus et un syndrome de gougerot sjogren dans un cas chacun (1.4%) et elle est restée d’origine indéterminée dans 40 cas avec une moyenne de recul de 2 ans (de 1 à 7 ans). Les 23 autres patients ont été perdus de vue.

Conclusion

Une arthrite d'évolution récente ou chronique constitue une situation fréquente en rhumatologie, difficile du fait de la multiplicité des étiologies et qui nécessite de la part du médecin l’identification de certaines affections nécessitant un traitement urgent ou spécifique et la mise en évidence d’éléments d’orientation permettant de la classer assez rapidement. Cependant, la détermination de diagnostic peut mettre du temps et la maladie pourra rester longtemps d’origine indéterminée et c’est l’évolution qui tranchera.

remonter
156
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM