Poster électronique

Di.47 - Fièvre prolongée au cours des maladies systémiques : à propos de 55 cas
T Ben Salem (1); M El Euch (1); A El Ouni (1); A Hamzaoui (1); M Khanfir (1); I Ben Ghorbel (1); M Lamloum (1); MH Houman (1); - (1) Tunis - Tunisie;
26ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 32 fois.
Résumé
Introduction

Les maladies systémiques (MS) constituent une cause fréquente de fièvre prolongée (FP), leur recherche est systématique une fois les causes infectieuses sont éliminées. Nous rapportons une série de malades dont la fièvre prolongée révélait ou compliquait l’évolution d’une MS.

Patients et Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective et analytique des dossiers de patients hospitalisés dans un service de médecine interne entre 2000 et 2011 pour FP. Seuls les dossiers des patients chez qui la fièvre prolongée était rattachée à une MS étaient inclus. Nous avons étudié les données épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutives des patients et nous avons relevé le différentes MS diagnostiquées.

Résultats

Nous avons inclus 55 patients atteints d’une MS parmi les 112 patients hospitalisés pour bilan étiologique d’une FP (49%), ils étaient répartis en 20 hommes et 35 femmes (sex-ratio H/F = 0,57). L’âge moyen au moment de la survenue de la FP était de 40 ans (extrêmes 16 et 73 ans). La durée moyenne de la fièvre était de 41 jours (extrêmes 21 et 356 jours). L’âge moyen au moment du diagnostic de la MS était de 37,38 ans (extrêmes 12 et 73 ans). La fièvre prolongée a révélé la maladie chez 39 patients (70,9%) et survenait dans un délai d’évolution moyen de 1,46 an (extrêmes 0 à 12 ans) à partir de la date du diagnostic. Le recul moyen de suivi de la MS était de 5,55 ± 3,3 ans. Les pathologies systémiques à l’origine de cette fièvre étaient dominées par le lupus érythémateux systémique (25 cas) ; il était fréquemment associé à d’autres pathologies auto-immunes type syndrome de Gougerot Sjogren (4 cas), syndrome des anti-phospholipides (4 cas), syndrome auto-immun multiple (5 cas) et à une maladie cœliaque (1 cas). Les autres MS observées étaient une vascularite primitive dans 15 cas (dont 7 était une maladie de Behçet), une sarcoïdose dans 5 cas, une maladie de Still (4 cas) et une polyarthrite rhumatoïde (3 cas). Tous les patients étaient traités par corticothérapie. Ce traitement était associé aux immunosuppresseurs chez 34 patients pour d’autres manifestations associées (cyclophosphamide dans 24 cas et méthotrexate chez 10 patients) et aux antipaludéens de synthèse dans 24 cas. L’évolution était favorable pour la majorité des malades et marquée par des rechutes pour 21 cas.

Conclusion

Toute fièvre prolongée doit faire évoquer de principe une maladie systémique notamment un lupus érythémateux systémique chez les jeunes femmes ou une vascularite chez les plus âgés. Par ailleurs une fièvre prolongée survenant chez un patient connu atteint d’une MS n'est pas toujours une fièvre spécifique de la MS ; chez ces patients souvent immunodéprimés par leur maladie et par les traitements immunosuppresseurs, il faut éliminer une infection intercurrente. La présence d'autres manifestations de la MS serait en faveur d'une nouvelle poussée de la maladie.

remonter
156
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM