Poster électronique

Ma.161 - Polyarthrite Rhumatoïde (PR) : Reprise d'un anti TNF en cas d'échec au Rituximab. A propos de 4 cas
O Brocq (1); C Albert (2); C Grisot (2); P Flory (2); C Roux (2); V Breuil (2); L Euller Ziegler (2); - (1) Monaco - Monaco; (2) Nice - France;
21ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 55 fois.
Résumé
Introduction

En cas d'échec au rituximab dans la PR, la reprise d'un anti TNF est une des possibilités pour essayer d'obtenir une réponse thérapeutique.

Patients et Méthodes

Tous les patients étaient des PR respectant les critères ACR, en échec d'au moins 2 anti TNF avant d'être traité par rituximab à raison de 2 perfusions à 1 g à 15 j d'intervalle. En cas de non réponse à 4 mois selon les critères EULAR, nous reprenions l'anti TNF précédemment instaurer en choisissant l'anti TNF en échappement thérapeutique et en évitant l'anti TNF en échec primaire. Le suivi des patients comprenait la surveillance des effets secondaires éventuels et la réponse thérapeutique selon les critères EULAR.

Résultats

Parmi 45 patients sous rituximab, 4 ont bénéficié de la reprise d'un anti TNF après échec du rituximab. Il s'agissait de 4 femmes âgées de 28, 35, 48 et 51 ans, avec une PR qui évoluait en moyenne depuis 11 ans, en échec de 2 anti TNF pour 2 patientes et de 3 pour 2.
Le cycle de 2 perfusions de rituximab a été réalisé pour 1 patiente 2 fois et pour les 3 autres 1 fois.
Après échec constaté à 4 mois du cycle de rituximab, selon les critères EULAR, nous avons repris l'anti TNF précédent ayant été en échappement, etanercept 3 fois et adalimumab 1 fois.
3 patientes étaient en réponse thérapeutique à 4 mois selon le DAS avec une réduction > 1,2 et une patiente était en échec thérapeutique à 4 mois. Cette patiente est en cours de traitement par tocilizumab avec une bonne réponse thérapeutique pour l'instant.
Nous n'avons pas observé d'effets secondaires majeurs en particuliers de type infectieux, le dosage des lymphocytes B a été réalisé pour une patiente qui avait bénéficié de 2 perfusions de rituximab. Celui ci montrait - de 1 % de LB. Pour les 3 autres, le dosage des immunoglobulines au moment de la reprise de l'anti TNF était normal.

Conclusion

Il est possible de reprendre un anti TNF après échec primaire du rituximab. Le choix de l'anti TNF doit se faire en fonction de la tolérance connue et s'oriente plutôt vers celui qui était en échappement plutôt que vers celui qui était en échec primaire. Des études sur un nombre de cas plus important permettront de répondre à cette question. Cette option thérapeutique s'ajoute à celle qui consiste à s'orienter vers d'autres biothérapies comme l'abatacept, l'anakinra ou le tocilizumab.

remonter
46
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM