Poster électronique

Me.82 - Comparaison entre les concentrations sériques de lymphotoxine alpha et de TNF alpha dans la polyarthrite rhumatoïde
F Calmon Hamaty (1); M Hahne (1); B Combe (1); J Morel (1); - (1) Montpellier - France;
21ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 71 fois.
Résumé
Introduction

La lymphotoxine α (LTα) est une cytokine qui a une grande homologie structurale avec le TNFα. Ces cytokines se lient aux récepteurs TNFR1 et TNFR2. La LTα a une activité pro-inflammatoire mais sa fonction est peu connue dans la PR. Pour préciser son rôle par rapport au TNFα, nous avons déterminé les niveaux de LTα et de TNFα dans le sérum des patients atteints de PR.

Patients et Méthodes

Nous avons mené une étude observationnelle, prospective sur 6 mois, monocentrique et exploratoire de type cas-témoins. Nous avons mesuré par test ELISA la quantité de LTα et de TNFα soluble dans le sérum de 68 patients atteints de PR répondant aux critères ACR, récentes (<2 ans), active (>3 articulations gonflées) non traitées ou avec un traitement de fond stable depuis au moins 1 mois. 58 sujets arthrosiques ont été utilisés comme contrôles. 33 patients PR ont été revus à 6 mois. Pour les corrélations, un test de Spearman a été utilisé.

Résultats

Sur les 68 patients PR inclus, 8 (11%) et 16 (23%) avaient respectivement des concentrations de LTα et de TNFα détectables (>90pg/mL). Pour tous les sujets arthrosiques, le taux de LTα et TNFα n'étaient pas détectables. Nous n'avons pas trouvé de corrélation entre les taux de ces cytokines, l'activité de la maladie évaluée par le DAS28, et les paramètres de l'inflammation (VS, CRP) à l'inclusion. Pour les 33 patients PR revus à 6 mois, les pourcentages de patients ayant une concentration de cytokines détectable a augmenté jusqu'à 34% pour le TNFα et 30% pour la LTα mais aucune corrélation avec le degré d'activité et d'inflammation de la PR évaluées à 6 mois n'a été trouvée. L'évolution du taux des cytokines à 6 mois était indépendante de la réponse aux traitements (3 patients avec du methotrexate, 2 avec arava, 1 avec salazopyrine et 7 avec du etanercept).

Discussion

Dans la PR, les concentrations sériques de LTα détectables sont deux fois moins fréquentes que pour le TNFα. Le taux de LTα est indépendant du degré d'activité et d'inflammation de la maladie et de la réponse au traitement.

Conclusion

Le taux sérique de LTα ne semble pas refléter le degré d'inflammation de la PR.

remonter
51
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM