Poster électronique

Me.68 - Performance de l’ultrasonographie quantitative du calcanéum et l’absorptiométrie biphotonique à rayon X dans l’identification des fractures vertébrales asymptomatiques chez les femmes ménopausées
I Ghozlani (1); A Nouijai (1); A Mounach (1); M Ghazi (1); A Rezqi (1); L Achemlal (1); A Bezza (1); A El Maghraoui (1); - (1) Rabat - Maroc;
21ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 92 fois.
Résumé
Introduction


Plusieurs études longitudinales ont démontré l'utilité de l'ultraonographie quantitative du calcanéum (QUS) dans le dépistage des femmes à risque fracturaire.
Objectif : comparer chez des femmes ménopausées asymptomatiques, la performance de la QUS et de la DXA dans l'identification de celles avec ou sans fractures vertébrales (FV).

Matériels et Méthodes


295 femmes ménopausées âgées entre 60 et 80 ans ont été recrutées. Des paramètres anthropométriques ont été évalués (age, poids, tailles, IMC, durée de la ménopause). Une évaluation des FV par DXA appelée VFA (vertebral fracture assesment) a été réalisée. Toutes les femmes ont eu une mesure de la DMO par QUS du calcanéum et par DXA. La performance de ces deux techniques a été évaluée en analysant les aires sous la courbe (AUC) de ROC et en réalisant une analyse logistique.

Résultats

L 'age moyen était de 66 ans ± 5,3 ; l'IMC de 29,4 kg/cm² ± 4,9 ; la durée moyenne de la ménopause de 16,6 ans ± 8,1. 87 (29,3%) avaient des FV grade 2 et 3 de Genant. Les patientes avec FV étaient plus âgées et avaient une durée moyenne de ménopause plus longue et une taille, un poids et un IMC moins importants que celles sans FV. La BUA était faiblement corrélée avec la DMO de la hanche totale (r = 0,36), du rachis lombaire (r = 0,32) et encore moins avec la DMO du col fémoral (r = 0,30). L'analyse des aires sous la courbe a montré que l'AUC du T-score inférieur à -2,5 DS au rachis lombaire était la plus importante (0,62). Après la correction des variables confondantes (durée de la ménopause, poids, taille et IMC), seul le T-score inférieur à -2,5 au rachis lombaire pouvait prédire et de manière significative à la présence de FV (OR : 1,94 ; 95%IC : 1,02-3,41).

Conclusion

La DMO au rachis lombaire (par DXA et pas l'ultrasonographie) est en mesure d'identifier les femmes avec FV asymptomatiques. La combinaison de la QUS et al DXA n'a pas amélioré la capacité diagnostique des FV par rapport à chaque technique individuelle.

remonter
55
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM