Poster électronique

Me.53 - Formes étiologiques des arthrites en consultation rhumatologique à Lomé (Togo)
O Oniankitan (1); P Houzou (1); E Fianyo (1); K Kakpovi (1); V Koffi-Tessio (1); KC Tagbor (1); M Mijiyawa (1); - (1) Lomé - Togo;
21ème Congrès
Poster
0
0 votes.
Vu 51 fois.
Résumé
Objectif

Déterminer la fréquence et la part respective des différentes formes étiologiques des arthrites au cours d'une consultation rhumatologique à Lomé (Togo).

Patients et Méthodes

Il s'est agi d'une étude transversale menée sur 15 ans et portant sur les dossiers des patients atteints d'arthrite et vus en consultation de rhumatologie.

Résultats

Mille cinquante neuf des 13517 patients examinés (7,8%) souffraient d'une arthrite. Ces 1059 patients (447 femmes, 42,2% ; 612 hommes 57,8 %) avaient en moyenne 38 ans au début de la maladie dont la durée moyenne d'évolution était de trois ans. Les rhumatismes inflammatoires chroniques (602 cas, 56,9%), les infections (176 cas, 16,6%), les arthropathies métaboliques (233 cas, 22%) et les connectivites (48 cas, 4,5%) étaient les étiologies observées. L'âge moyen des 176 patients (127 femmes, 129 Hommes) souffrant d'arthrite infectieuse était de 37 ans et la durée moyenne d'évolution d'un an. Les arthrites infectieuses étaient essentiellement monoarticulaires et siégeaient préférentiellement au genou (75 cas, 42,6%) et à la coxofémorale (26 cas, 14,8%). L'infection était d'origine probablement à germe banal chez 168 patients (95,5 %) et tuberculeuse chez les huit autres (4,5 %). L'arthrite infectieuse était associée au VIH chez 15 patients (8,5%). Les 233 patients (neuf femmes, 224 hommes) souffrant d'arthrite microcristalline avaient un âge moyen de 52 ans et une durée moyenne d'évolution de cinq ans. Les rhumatismes inflammatoires chroniques étaient représentés principalement par les spondylarthropathies (90 cas, 14,9%) et la polyarthrite rhumatoïde (64 cas, 10,6%). Trois cent quatre vingt dix-neuf des 602 cas de rhumatisme inflammatoire chronique étaient inclassés. Les rhumatismes inflammatoires chroniques étaient associés au VIH chez 52 patients (spondylarthropathie : 28 cas, rhumatismes inflammatoires inclassés : 22 cas et polyarthrite rhumatoïde : deux cas). Les connectivites étaient dominées par la polymyosite (neuf cas, 18,7%), le lupus érythémateux disséminé (sept cas, 14,6%), la sclérodermie (six cas, 12,5%) et la dermatomyosite (quatre cas, 8,3%).

Conclusion

La répartition des formes étiologiques des arthrites reflète la transition épidémiologique que connaît le continent Africain.

remonter
35
Le poster a été trop consulté dans un laps de temps très court.
Fermer
Recherche
Par mot-clé : cliquez ici…
Congrès

Référence / Texte libre

Auteur

Réalisé par CYIM